Reaz Chuttoo

L’année 2020 a été éprouvante pour les travailleurs, avec les amendements apportés aux lois du travail dans la COVID-19 Act. Il n’empêche que beaucoup de batailles ont été gagnées. Tel est l’avis de Jane Ragoo et de Reeaz Chuttoo de la Confédération des travailleurs des secteurs publics et privé (CTSP). Notamment, le maintien du Portable Retirement Gratuity Fund, l’obligation d’une indemnisation en cas de licenciement et le paiement du boni de fin d’année malgré la crise. D’autres défis restent encore à relever en 2021, d’abord avec les menaces sur l’emploi.

« La COVID-19 a fragilisé les travailleurs. Beaucoup d’employeurs ont profité de la pandémie pour remettre en cause certains droits acquis. Il faut s’en servir de leçon pour se renforcer », affirme Jane Ragoo, procédant à un bilan de l’année écoulée. Dans la foulée, elle a tenu à remercier tous ceux qui ont travaillé pendant le confinement, pour permettre à la vie de suivre son cours. Elle regrette toutefois que certains aient obtenu une allocation spéciale pour leur contribution, alors que d’autres ont été oubliés. Ce qu’elle considère comme une discrimination.

De même, elle regrette les amendements apportés aux lois du travail à travers la COVID-19 Act et se félicite des pressions exercées par la CTSP pour prévenir les licenciements de la part des employeurs qui bénéficient de l’aide gouvernementale. « Dès la fin du confinement, certains se sont empressés d’aller au Redundancy Board. Nous notons également que nous avons pris dix ans pour faire changer la loi du travail, mais qu’il n’a fallu qu’une semaine au secteur privé pour faire suspendre certains droits. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a donné la garantie qu’ils seront rétablis avant les prochaines élections. Nous prenons cela comme un engagement. »

Pour sa part, Reeaz Chuttoo s’est dit satisfait que Maurice ait ratifié la Convention 190 portant sur la violence au travail. Selon lui, « c’est le fruit d’un combat mené par la CTSP ». En revanche, il n’a pas manqué de critiquer la manière dont la Contribution sociale généralisée (CSG), en remplacement du National Pension Fund (NPF), a été instaurée. Il a dit suivre de près ce dossier. Dans la foulée, il se félicite de la compensation salariale de Rs 375 accordée à partir de janvier. « Nous avions déjà dit que la contribution de 6% du NPF est passée à 3% sous la CSG. Donc, il était normal que les 3% restant soient accordés comme compensation. C’est ainsi que malgré la récession mondiale, nous avons pu insister auprès du gouvernement pour le paiement de la compensation. »

En 2021, il y aura d’autres défis à relever, a ajouté Reeaz Chutoo. L’accent sera mis sur le renforcement de la loi. Un cadre approprié pour le “work from home” sera également recherché, ainsi qu’une meilleure protection pour les travailleurs étrangers. La CTSP mènera également bataille pour un cadre légal en faveur des employés du secteur Special Education Needs. « Aujourd’hui, un éducateur SEN a presque le même salaire d’un “caretaker” ou un “carer” », a-t-il souligné. Les « abus » concernant l’utilisation des caméras de surveillance sur le lieu de travail seront un autre cheval de bataille, a-t-il précisé.

Par ailleurs, avec la fermeture des frontières et les menaces sur l’emploi dans le tourisme, Reeaz Chutoo est d’avis qu’il faut commencer à penser à des alternatives. Il a cité l’exemple du secteur agribusiness, qui mérite d’être développé davantage. Il souhaite la tenue d’une table ronde pour voir comment les travailleurs du tourisme peuvent se recycler. Il invite également à prendre l’exemple sur Rodrigues, qui offre des alternatives aux pêcheurs, pendant la saison de fermeture de la pêche à l’ourite.