Quand il n’y en a plus, il y en a encore. Les commerçants opérant à Rose-Hill pensaient être définitivement débarrassés des aléas engendrés par les travaux du Metro Express, mais c’était sans compter le prolongement de la ligne de chemin de fer vers ébène. En effet, le constructeur L&T s’apprête à lancer des travaux d’envergure en face de la gare ferroviaire et d’autobus, ce mercredi. Ce chamboulement signifie qu’une partie de la rue Vandermeersch sera transformée en voie à sens unique, depuis sa jonction près du bâtiment du CEB avec celle située en face du rond-point de la poste. Au grand dam des commerçants qui peinent à sortir la tête de l’eau après deux ans de travaux du même acabit entre 2017 et 2019 et les six mois de confinement 2020 /2021 qui ont considérablement plombé leurs finances.    

La ligne de chemin de fer à Rose-Hill a été inaugurée en grande pompe en décembre 2019, après deux années d’intenses travaux synonymes de poussière, de bouchons et de difficultés de stationnement. Le métro s’est désormais fondu dans l’espace urbain. Il n’en demeure pas moins que le train-train quotidien du centre-ville de Rose-Hill et de ses environs sera de nouveau bousculé à coup sûr dès mercredi. « Ce fut un grand soulagement lorsque les travaux du métro ont pris fin en 2019 à Rose-Hill. Mieux, je privilégie désormais ce mode de transport pour mes déplacements. Sauf que je ne m’attendais pas franchement à devoir revivre le même calvaire avec les travaux qui se profilent », nous a confié le gérant du restaurant Ruck’son Planet, sis en face de la station ferroviaire.

La plupart des commerçants de Rose-Hill ont accusé une baisse de chiffre d’affaires pendant les travaux de la phase 1, sans pouvoir prétendre à une indemnisation. « Le calvaire des six mois de confinement n’ont fait qu’enfoncer le clou » aux dires d’un employé de Manjoo Inter Décor le faire joint au téléphone hier soir. « Ce sera compliqué de s’en sortir cette fois-ci. La crise sanitaire nous a mis à terre, les travaux du métro seront impossibles à gérer », dit-il. C’est la douche froide également pour les automobilistes qui empruntent fréquemment la rue Vandermeersch. Pour le faire cette dernière, ils devront dorénavant passer par  Kennedy Street et l’avenue Julius Nyerere.

Les opérateurs d’autobus ne sont également pas au bout de leur peine. Après la crise financière, conséquence de la pandémie, l’angoisse des employés du transport en commun quant à leur gagne-pain quotidien est loin d’être atténuée avec ce nouveau chamboulement. Pour faciliter leurs déplacements, il est prévu un réaménagement à la gare. Des terre-pleins seront ainsi supprimés à cet effet pour étendre l’espace de circulation.