Photo d'illustration

Fayzal Ally Beegun (syndicaliste) : « Que les deux usines soient fermées par respect pour la santé des travailleurs, Mauriciens et étrangers ! »

Les deux unités, à Forest Side et Vacoas, « opérationnelles, avec plus de 95% des travailleurs déjà vaccinés », confirme la direction

La situation au sein de l’unité de textile de Tropic Knits Ltd est placée sous stricte surveillance des autorités sanitaires cette semaine. À ce jour, neuf ouvriers étrangers de l’antenne vacoassienne de l’usine Tropic Knits Ltd ont été détectés positifs au Covid-19.
« Cela remonte à presque une semaine, explique une source proche de la direction de cette entreprise au Mauricien. Entretemps, nous suivons le protocole mis en place par le ministère de la Santé, et des exercices de Mass Testing ont déjà lieu dans les dortoirs où résident les ouvriers travaillant à l’usine de Réunion, à Vacoas. »

L’antenne de Forest-Side « avait déjà eu quelques cas de contaminations », poursuit ce représentant de la direction de Tropic Knits Ltd. « Mais cela remonte à plus de trois semaines. Et les personnes concernées ont déjà complété leur quarantaine, sont guéries et sont retournées travailler. » De fait, malgré la détection des neuf nouveaux cas à Vacoas la semaine dernière, les deux usines sont actuellement opérationnelles. « Bien entendu, avec des ouvriers qui ne sont pas positifs ! »

La direction affirme également avoir collaboré avec les officiers de la Santé et que l’exercice de Contact Tracing a déjà démarré. « Nous suivons la “proper channel” et nous n’allons certainement rien entreprendre qui mette la vie de nos employés et de leur famille en danger ! »

Le syndicaliste Fayzal Ally Beegun, président de la Textile Manufacturing and Allied Industries Workers Union, souhaite pour sa part que « la direction ferme les deux usines jusqu’à ce que les exercices de Contact Tracing soient réalisés », et dans l’éventualité où l’on détecte de nouveaux cas positifs.

Son argument : « Il y va de la santé des travailleurs. Pour l’heure, on ne sait pas encore combien d’entre eux ont été contaminés. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi il y a eu tout ce temps de perdu depuis que les premiers cas positifs ont été détectés, à Vacoas, la semaine dernière, et aucun test n’a été fait… jusqu’à hier ! Il faut aussi penser aux ouvriers mauriciens, qui ont leur famille. Est-ce qu’ils n’ont pas déjà contaminé celles-ci ? » Il continue : « Je conçois tout à fait que la priorité est la productivité. Mais il est question, là, de la santé des travailleurs. Je fais une requête à la direction de Tropic Knits Ltd pour qu’elle ferme ses deux usines en attendant d’avoir toutes les données claires en mains. »
Le syndicaliste indique aussi que « nombre de travailleurs des deux usines m’ont appelé pour me faire part de leurs inquiétudes » et leurs craintes. « Ena pe extra per kan pe trouv zot koleg ou fami pe ale ar lapolis ek ofisye lasante. » Pour lui, « l’important, c’est d’assurer que les travailleurs, qu’ils soient Mauriciens ou étrangers, bénéficient de conditions convenables et soient bien traités ».

Par ailleurs, évoquant les autres usines, comme Princes Tuna et Real Garments, où des travailleurs étrangers ont été testés positifs au Covid, et suite au traitement infligé par le gouvernement de placer leurs dortoirs en zone rouge, Fayzal Ally Beegun a fait parvenir « des correspondances écrites à l’OMS, à l’OIT et au Premier ministre, Pravind Jugnauth, où je dénonce cette manière arbitraire de traiter les travailleurs étrangers, sans respecter leurs droits ».