Depuis que la faculté de médecine a été lancée à l’Université de Maurice, l’University of Mauritius Staff Union (USU) a tiré la sonnette d’alarme sur le manque de personnel pour répondre aux différentes activités de ce département. Une lettre a été adressée en ce sens au Senior Management pour dénoncer la situation. De son côté, le Senior Management de l’institution de Réduit avance que « des solutions ont déjà été trouvées ».

Dans une lettre adressée cette semaine au pro-VC (Planning and Resources) de l’UoM, Mohammad Santally, le président de l’USU, Iqbal Sookhroo, déplore que malgré ses correspondances précédentes, et le fait que le problème ait été discuté à plusieurs occasions, « aucune mesure n’a été prise par le Senior Management pour traiter les problèmes du personnel à la nouvelle faculté de médecine ». Selon lui, la direction de l’UoM est « déjà au courant de la charge de travail » à la faculté. « Malheureusement, nos requêtes n’ont pas été retenues. »

Pour Iqbal Sookhroo, la situation qui prévaut au sein de la nouvelle faculté « est une exploitation évidente de notre personnel à l’UoM », dit-il dans sa lettre. Il dit ainsi « ne pas comprendre » pourquoi cette nouvelle faculté a été lancée en « grande fanfare » alors que le personnel « est exploité ou travaille sans les infrastructures nécessaires ». Une situation qui, selon lui, a trop duré, raison pour laquelle le président de l’USU lance « un dernier rappel » pour que sa requête soit prise en considération. Et de lancer dans le même souffle un ultimatum, fixé à ce vendredi.

Si aucune décision n’est prise pour améliorer le sort de la faculté, Iqbal Sookhroo est catégorique : l’affaire sera référée à la fédération syndicale de l’USU pour d’autres actions. À noter que le courrier expédié au pro-VC (Planning and Resources) de l’UoM contient aussi le témoignage d’une employée. Déplorant ses conditions de travail, cette dernière explique être la « seule » à s’occuper de son département, ajoutant que durant son absence, personne ne la remplace, lui laissant de fait une surcharge de travail lorsqu’elle revient et l’obligeant à travailler « sur plusieurs items à la fois ».

Du côté de l’UoM, on estime faire au « mieux possible ». Le pro-VC Mohammad Santally soutient ainsi que le « Senior Management travaille de concert avec le doyen de la faculté » et que des solutions auraient déjà été trouvées. « Nous avons déjà déployé sept employés dans l’administration et trois Office Attendants dans cette faculté. Mais alors que nous faisons de notre mieux pour régler les affaires en interne, en concertation avec les parties concernées, des gens en appellent aux syndicats. L’USU est au courant des actions qu’on a entreprises, car on a répondu à leur courrier le même jour », dit-il.

À noter que la faculté de médecine comprend deux départements, un de médecine et un de Health Sciences. Cette faculté offre un total de sept programmes menant à une licence ou une maîtrise.