Photo illustration

Deux semaines après la réception du premier contingent de vaccin anti-Covid-19 fourni en guise de dons par le gouvernement indien, 1207 personnes ont été vaccinées. De 207 la première semaine, avec principalement le personnel de l’hôpital ENT, le nombre a augmenté la semaine dernière, avec outre le personnel des centres de quarantaine et les frontliners de l’aéroport, notamment le personnel d’AML, ainsi que les membres de la force policière mercredi et quelque 300 membres du personnel navigant d’Air Mauritius. Vendredi, ils étaient 186 frontliners des hôpitaux à se faire vacciner.

Un exercice au compte-gouttes mais qui, selon les sources ministérielles au sein de la Santé, est très minutieusement mené avec un consent form obligatoire pour tous ceux qui souhaitent se faire vacciner contre la Covid-19, et un exercice de dépistage au préalable. L’exercice se poursuivra cette semaine auprès d’autres frontliners.

S’agissant des effets secondaires ressentis par un des frontliners douze heures après avoir été administré une première dose du vaccin anti-Covid-19 au courant de la semaine, les autorités sanitaires estiment qu’il n’y a rien d’alarmant. Ce jeune homme de 27 ans se porte mieux, rassure la Santé.