Photo illustration

– Confusion aux centres de vaccination avec des Frontliners et WAP Holders qui se sont vu refuser l’accès, car leur nom ne figurait pas sur la liste envoyée par le ministère.

Depuis mardi, le ministère de la Santé a pris la décision de réserver les doses de Covaxin restantes uniquement à ceux qu’il aura sélectionnés. Ainsi, le ministère a fait parvenir aux différents centres de vaccination une liste de noms et de compagnies éligibles au vaccin. Décision qui froisse les Frontliners et WAP Holders, qui se sont vu refuser l’accès au vaccin, car leur nom ne figurait pas sur ladite liste. Ces personnes crient à la discrimination et se demandent sur quels critères le ministère a pris cette décision.

Jusqu’à la semaine dernière, les vaccins n’étaient réservés qu’aux Frontliners et aux WAP Holders. Or depuis mardi, le ministère de la Santé a pris de nouvelles décisions par rapport aux doses de Covaxin restantes. Si l’administration de la deuxième dose d’AstraZeneca débute lundi, le ministère se veut être très sélectifs sur ceux qui pourront bénéficier des dernières doses de Coxavin. Dans les centres de vaccination, les officiers en charge ont eu des consignes claires. Ils ont reçu une liste de noms du ministère et ce sont uniquement ces personnes qui y ont accès.

Ainsi, dépendant de la liste, le ministère envoie le nombre exact de vaccins à ces centres chaque jour. À l’entrée, les policiers vérifient les documents pour confirmer si ces personnes sont bel et bien de ces compagnies listées et si leur nom figure sur la liste. Au cas contraire, les directives sont : « Vaksin inn fini. Pena bokou reste e minister inn avoy kanitite exak. Si ou pa dan konpani ki ena lor lalis e si pena ou nom ou pa pou kapav fer vaksin. » Il en ressort que la liste de compagnies procurée par le ministère ne concerne ni des Frontliners ni ceux considérés comme étant dans les services essentiels.

Cette décision du ministère provoque la colère chez ceux qui estiment que c’est une « démarche discriminatoire », car le ministère « pe get figir pou donn vaksin ». Certains présents au centre de vaccination ce matin ont été témoins d’une autre situation qu’ils jugent « grave ». Ils expliquent : « Il y a des VIP et des politiciens qui viennent se faire vacciner. Pour eux, il n’y a pas d’exception. Ils ont accès libre, Frontliner, WAP Holders ou pas. C’est grave ce qui se passe. Le ministère a pris une décision qui pénalise ceux qui doivent vraiment se faire vacciner. »

Contacté par Le Mauricien, un responsable de la Santé n’a pu donner plus de détails sur cette décision prise. « Oui, effectivement ce sont uniquement ceux qui figurent sur la liste qui pourront se faire vacciner. Kan ou sef donn ou enn lord, ou fer travay-la ou swa ou demann li kifer li pe donn ou sa lord-la. Mo pa kav dir nanyen plis ki sa », dit-il. Dans les centres de vaccination, les officiers et les médecins ne sont pas plus au courant de ce qui se passe. Ils exécutent les ordres et ne sont pas en mesure de dire quand la vaccination reprendra normalement pour tous. Le cafouillage et l’opacité dans la décision de vaccination sont une fois de plus décriés.