- Publicité -

Victoria Urban Terminal : Les marchands ambulants appelés à signer leur contrat

Les 1 000 marchands ambulants choisis par tirage au sort pour opérer au Victoria Urban Terminal l’année prochaine seront appelés à signer leur contrat à la mairie de Port-Louis incessamment. « Ils devront jurer un affidavit pour confirmer qu’ils ne travaillent que comme marchand ambulant, et qu’ils n’ont pas d’autre emploi », explique le lord-maire, Mahfooz Cadersaib. Les bénéficiaires auront un mois pour soumettre les documents nécessaires à la mairie après la réception de leur lettre.

- Publicité -

Le lord-maire a présidé un conseil spécial à la mairie hier pour avaliser le tirage au sort, qui s’est déroulé le 26 octobre. « Cet exercice a eu lieu en présence des représentants de marchands et d’un huissier de la Cour suprême », rappelle-t-il. Au total, 1 183 marchands ont manifesté leur intérêt pour seulement 1 000 échoppes. « Nous réitérons une nouvelle fois que les 183 marchands qui n’ont pas obtenu de place au Victoria Urban Terminal auront la priorité à l’Immigration Urban Terminal. Les travaux devraient débuter incessamment. »

Profitant de l’occasion, le lord-maire a dénoncé l’absence des conseillers de l’opposition. « Ils ont choisi de boycotter cette séance. Cela montre qu’ils n’ont pas à coeur le problème des marchands ambulants. » Au début de son intervention, Mahfooz Cadersaib a fait l’historique du problème des marchands ambulant dans la capitale et a dénoncé l’ancien régime qui, selon lui, « n’a pas jugé bon d’utiliser le Hawkers Palace, aujourd’hui Garden Tower, que le gouvernement MSM/MMM avait mis à la disposition des marchands ».

« Dorénavant, ce sont 1 000 marchands qui pourront travailler dans un espace décent et en toute légalité. Cet espace pourrait être transféré à leurs enfants demain », dit-il. Il estime que les marchands pourront opérer au Victoria Urban Terminal en avril de l’année prochaine. À noter que des 1 000 échoppes disponibles, 800 sont dédiés à la mercerie, 103 aux fruits et légumes, 52 aux produits précuits et 45 à la nourriture (“cooked foods”).

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour