Dans le monde, une fille sur cinq et un garçon sur 13 seraient victime de violence sexuelle, selon l’Organisation mondiale de la Santé et l’Association Mémoire Traumatique et Victimologie.

La méconnaissance de ce type de violence, le tabou, le poids du secret, la peur, ainsi que les représailles, entre autres, font que les violences sexuelles sur les enfants ne sont pas signalés aux autorités. Or, ne pas en parler permet à l’agresseur de ne pas être inquiété et de continuer à agir en toute impunité.

Dans la vidéo proposée, la psychosociologue Mélanie Vigier de Latour-Bérenger parle notamment de libérer la parole autour des violences sexuelles sur les enfants et de les éduquer.

Elle explique aussi comment reconnaître les symptômes chez un enfant victime d’abus sexuel; Quoi faire en cas d’agression; Vers quelle autorité se tournait; Quel l’accompagnement accordé aux victimes.

Se basant sur des chiffres des autorités mauriciennes, elle relève que davantage de cas de violences sexuelles sur enfant sont enregistrés.

« Cette hausse dans les cas répertoriés d’agression sexuelle à Maurice n’est pas une si mauvaise chose; cela voudrait dire que les gens vont de l’avant pour dénoncer« , soutient Mélanie Vigier de Latour-Bérenger.