Photo : Eco-Sud

Les habitants de la région de Pointe d’Esny ont relevé depuis ce matin ce qu’ils considèrent être « des traces de pollution sur le plage ». Les activistes d’Eco-Sud, association pour la protection de l’environnement et des espèces animales, se disent « inquiets ».

Contacté, le ministère de l’Environnement affirme qu’une équipe a été déployée sur place ce mardi 28 juillet matin afin de relever des échantillons sur la plage.  »Nous attendons les résultats des tests envoyés en laboratoire au courant de la journée ». 

Pour rappel, le vraquier Wakashio est drossé sur les récifs de Pointe d’Esny depuis samedi soir. Il garde dans sa cale 3 800 tonnes d’huile lourde.

Un plan national d’urgence en cas de déversement d’huile a été activé.

Toutefois, l’écologiste Sébastien Sauvage appréhende la suite et lance un appel au gouvernement :  »Nous souhaitons que cette crise soit traitée en toute transparence et Eco-Sud souhaite aider les autorités dans leur plan d’urgence. Nous voulons savoir si nous disposons d’assez de bouées pour protéger la plage. Nous sommes sur le terrain tous les jours et nous proposons notre coup de main ».

Ce vraquier, rappelle-t-il, représente un risque énorme de catastrophe écologique,  »surtout pour notre parc marin, pour les pêcheurs, nos coraux et le tourisme ».

D’autant que, dit-il, « il fallait un restricted area à l’Est de Maurice qui aurait pu donner le temps aux autorités d’intervenir en cas de problème. De plus, le Wakashio a une plate-forme pouvant accueillir un hélicoptère. »