photo illustration

Les travaux qui ont démarré un jour après le confinement pour le réaménagement d’une nouvelle gare routière à Wolmar sont presque achevés. Les employés de la firme Transinvest, à qui le projet a été confié, étaient très actifs jeudi dernier pour les dernières retouches. « Nou gagn lord pou al in pe vit pou tou travay opli vit », a confié au Mauricien un employé de cette firme.

Il se pourrait, a-t-on appris, que cette nouvelle gare routière soit inaugurée la semaine prochaine. Ce projet, selon un haut cadre de la Traffic Management and Road Safety Unit, a été depuis longtemps l’objet de préoccupations des autorités. Comme la plage de Flic-en-Flac est très prisée, surtout pendant le week-end et les jours fériés, beaucoup de pique-niqueurs préfèrent se rendre en famille à Wolmar pour plus de tranquillité. D’où une augmentation du nombre de passagers et de véhicules sur ce trajet durant cette période et qui, inévitablement, occasionne parfois un désordre indescriptible sur le parking de la plage de Wolmar, ajoute-t-il.

« Nou espere nou aret gagn difikilte pou gagn enn parkin dan week-end. Depi lontan ti bizin refer sa lagar la », soutient Menon, le chauffeur d’une compagnie d’autobus individuel qui dessert le trajet Port-Louis – Flic-en-Flac depuis de nombreuses années. Selon lui, cette gare nouvellement aménagée va certainement résoudre le problème du stationnement des véhicules en raison de l’absence d’une zone d’attente et de stands d’autobus appropriés à cet endroit. « La gestion de cette nouvelle gare routière, que ce soit sur les plans de la sécurité ou de l’environnement, doit être l’affaire de tous. Chaque citoyen doit faire un effort pour garder propre les toilettes », soutient un haut cadre du conseil de district de Rivière-Noire.

Un autre habitant de Wolmar regrette toutefois qu’aucune modification n’ait été faite pour améliorer l’état des toilettes déjà existantes pour accueillir les personnes à mobilité réduite. « Cette situation comme presque sur toutes les plages à travers le pays peut se relever être un parcours du combattant pour les personnes en situation de handicap », dit-il.