La suspension de Paul Bérenger, Arvin Boolell et Rajesh Bhagwan était au coeur de la conférence de presse du leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, en compagnie du leader du MMM et de Nando Bodha, ce lundi 5 avril.

L’opposition compte profiter de leur liberté de circuler en ce jour pour animer une série de réunions afin de discuter de la marche à suivre et des actions à prendre pour répondre adéquatement à la sanction retenue à leur égard par le Speaker.

À cet effet, Paul Bérenger a fait état de trois possibilités. Mais d’emblée, il est hors de question pour le leader des mauves de présenter des excuses. La deuxième possibilité, c’est la démission des trois membres suspendus. Pour Paul Bérenger, cela dépend avant tout d’Arvin Boolell et du PTr. Il ajoute être toujours en discussion.

La troisième solution : saisir la Cour suprême. Toutefois, Paul Bérenger est réticent de demander à la cour de se mêler des affaires du parlement.

« Le Speaker agit comme le propriétaire du parlement. Il cherche toujours l’occasion pour humilier et embarrasser les parlementaires. Il y a actuellement plusieurs lignes de communication entre nous, le Ptr et Roshi Bhadain pour la marche à suivre », a déclaré le leader du MMM.

De son côté, le ministre démissionnaire, Nando Bodha, s’interroge quant à une tentative délibérée pour empêcher l’opposition d’accomplir son travail.

Il ajoute que d’un côté, il y a une démocratie bafouée, et de l’autre, un climat d’incertitude sur plusieurs sujets, dont le WAP.

« Le WAP est devenu comme un certificat. Sans celui-ci, vous ne pouvez pas nourrir votre famille. Ce problème devient grave », a affirmé Nando Bodha.

Il explique ainsi que les députés ne peuvent aller dans leur circonscription ou consulter des conseillers légaux. Ils peuvent seulement se déplacer les lundis pour travailler sur les questions parlementaires devant être posées le lendemain.

« Lors du dernier confinement, les députés avaient reçu un WAP. Cette année, il y a un cafouillage. Certains ne l’ont pas demandé et l’ont reçu. Nous nous posons donc la question: qui sont ceux qui font partie du comité en charge de délivrer les WAP, qui le président, qui représentent le PMO. En tant que député, sans le WAP, nous ne pouvons faire notre travail correctement », a fait comprendre Nando Bodha.

Le leader de l’opposition estime que ce sont des membres clés de l’opposition qui ont été suspendus. Pour ce dernier, « c’est antidémocratique ».

Par ailleurs, XLD a indiqué que, dans cette période de confinement, selon les chiffres de Statistics Mauritius, trois quarts des Mauriciens n’arrivent pas à joindre les deux bouts.

« Gardons le tarif social! Que chacun reste sur leur tarif habituel. Nous lançons un appel au gouvernement de prendre compte de leur propre rapport et prendre les mesures nécessaires”.

En ce qui concerne les examens du PSAC, qui débutent ce mardi, XLD demande au gouvernement de les renvoyer pour début mai. « L’avenir des enfants est enjeu. Ce sont des examens internes à Maurice. Il n’y a pas d’urgence de les tenir ».

À lire également :

Parlementaires suspendus : l’Opposition en mode contre-attaque aujourd’hui