La requête formulée par Kushal Lobine, député du PMSD, est claire : le DPM Ivan Collendavelloo et le Chairman du Central Electricity Board (CEB), Seety Naidoo doivent tous deux  »step down ». Et ce, suivant l’éclatement du Turbine Gate avec l’enquête et les sanctions prises par la Banque africaine de développement (BAD) à l’encontre de Burmeister & Wain.

« Nous sommes assis sur une bombe atomique et notre plus grand danger est notre réputation. La diplomatie économique va prendre un sérieux coup », a averti le député lors d’une conférence de presse ce mercredi 10 juin.

Pour rappel, la BAD soupçonne, après enquête, qu’une partie des fonds alloués pour le projet de Centrale de Saint Louis, inaugurée par le DPM, a été utilisée comme « bribery ».

Kushal Lobine avance ainsi que le Turbine Gate est un « coup dur » pour Maurice, surtout lorsque les sanctions émanent de la BAD, un bailleur de fonds international qui finance des projets de l’île.

Il estime qu’une commission d’enquête, présidée par un ex-juge de la Cour suprême, doit être initiée sur cette affaire. « Le PMSD veillera à ce que ce scandale ne se retrouve pas sous le tapis », a-t-il indiqué.