Richard Perrine, âgé de 36 ans et soupçonné d’avoir agressé sexuellement une fillette de 3 ans à Résidence Anoska, le dimanche 28 juin, ne porte aucune blessure sur le corps.

C’est ce qu’a déterminé l’examen qu’il a subi à l’hôpital de Rose-Belle, hier, mercredi 1er juillet.

Il nous revient que des prélèvements pour un test ADN seront effectués sur le trentenaire par une équipe du Forensic Science Laboratory.

Pour rappel, une charge provisoire de « causing child to be sexually abused » pèse contre Richard Perrine. Cet habitant de Cité Anoska est soupçonné d’avoir agressé sexuellement une fillette de 3 ans en présence de la mère de cette dernière. Ce dernier a comparu en cour de justice, ce lundi. La police ayant objecté à sa remise en liberté conditionnelle, il a été reconduit en cellule policière. Il comparaîtra de nouveau le 6 juillet.

A lire également : ce que racontent les restes d’une partie de beuverie