Le sort de la compagnie aérienne nationale d’Air Mauritius, le gouvernement misant sur une sortie sous administration avant la réouverture des frontières du 1er octobre, sera décidé sur trois options durant la Watershed Meeting of Creditors, prévue ce mardi 28 septembre.

En effet, la Watershed Meeting of Creditors se déroulera en trois étapes vu que les créanciers de la compagnie aérienne nationale ont été classés selon trois catégories distinctes.

Aux termes de l’agenda arrêté par les administrateurs nommés, Sattar Hajee Abdoula et Arvindsingh Gokhool, les créanciers, classés en Class A, regroupant les Aircraft Lessors, Class B, soit Hedge Counterparties,  ainsi que la Class C, définie comme le General Body of Creditors, sont appelés aujourd’hui à se prononcer par le moyen d’un vote sur les trois questions suivantes :
« to consider the Administrators’ opinion and the reasons for that opinion on:
(i) whether it would be in the creditors’ interests for the Company to execute a deed of company arrangement; or
(ii) whether it would be in the creditors’ interests for the administration to end; or
(iii) whether it would be in the creditors’ interests for the Company to be placed in liquidation. »

Toutefois, avant de prendre ce vote, les créanciers devront être en présence des détails du Rescue Plan élaboré par les administrateurs nommés en vue d’assurer un redécollage profitable dans un délai de trois ans au minimum. Le principal élément de la sortie d’Air Mauritius sous administration s’articule autour du Creditors’ Package arrêté en vue d’honorer les engagements financiers en suspens depuis le 22 avril 2020.

Entre-temps, pour les quelque 2 300 employés d’Air Mauritius, le suspense est de mise jusqu’à la conclusion de ces délibérations, cela même si l’accord du gouvernement en principe pour une injection de Fresh Funds sous l’ombrelle d’Airports Holdings Ltd est acquis.