Dix-sept membres du MSM ont démissionné de ce parti pour rejoindre les rangs du Ptr. C’est ce qu’a soutenu hier à un point de presse à Port-Louis Artee Boodhonee, candidate battue de l’Alliance du coeur aux dernières législatives dans la circonscription No 7. La porte-parole des démissionnaires s’est dite « trahie » par le parti Soleil.
Artee (Vishwanee) Boodhonee, Ozagheer Gungabissoon, Ashley Hurhangee, Karuna Ramloll Puri, Maxime Emile Boullé, Athon Murday, Amina Carrim, Mohammad Munawar Shakeel, Rehana Joomun, Nilla Chamroo, Shivnarain Mutty, Sewddanun Jaunky, Navin Ramlugon, Amar Deep Annatooah, Rajen Chinnarassen, Divya Buljeeon et Vedawand Roseeawon ont décidé de démissionner du MSM. Cette annonce a été faite hier par la première nommée au Labourdonnais Waterfront à Port-Louis.
La candidate battue de l’Alliance du coeur aux dernières législatives dans la circonscription Piton/Rivière-du-Rempart (No 7) a déclaré que tous les démissionnaires apporteront leur soutien au Ptr en vue de « travailler pour l’intérêt du pays ». « Nous avons approché le Ptr en ce sens car nous avons constaté que c’est un parti qui a de l’avenir. »
L’ancien membre du MSM a déploré la façon d’agir du leader de son parti. Artee Boodhonee a déclaré qu’il était clair que le but de Pravind Jugnauth était d’utiliser des membres de l’Union Nationale, dont elle faisait partie avant d’adhérer au parti Soleil. « Linn servi nou parski nou ti ar Ashock Jugnauth ek pou li kraz so tonton. »
Concernant sir Anerood Jugnauth, Artee Boodhonee a soutenu qu’il ne veut que sauver son fils Pravind et le clan Jugnauth en revenant dans l’arène politique. Elle a trouvé abject le comportement de l’ancien président de la République qui avait au départ accepté le programme gouvernemental et qui critique désormais l’actuel gouvernement car son fils fait l’objet d’une enquête de l’ICAC dans l’affaire MedPoint. « Eski sir Anerood ti pu demisyone sinon ? Nou kone li la de pasaz zis pou sov so piti ! »
Sans le Premier ministre Navin Ramgoolam, a poursuivi Artee Boodhonee, Pravind Jugnauth n’aurait jamais été élu. Elle a aussi fustigé le leader du MMM Paul Bérenger qui « a utilisé Madan Dulloo, Ashock Jugnauth et même Éric Guimbeau ». « Ar so prop dimounn li kapav fer sa. Li zist le eleksyon anticipe. Li enn ilizionist makiavelik, linn desid pou sem la zizani pou provok kasir gouvernmantal » ?
Si MMM et le MSM se retrouvent au pouvoir, soutient encore Artee Boodhonee, « zot pou fer tout pou etouf zafer MedPoint. » Elle n’a pas manqué de faire l’éloge de Navin Ramgoolam qui « a su préserver l’unité nationale à la satisfaction de toutes les composantes de la population », selon elle.