Quatre ans après Nice, l’athlétisme mauricien retrouve les Jeux de la Francophonie, à Abidjan en Côte d’Ivoire. 14 athlètes y sont engagés et les premiers d’entre eux qui entreront dans l’arène demain au stade Houphouët Boigny sont le lanceur Bernard Baptiste, engagé dans la finale du poids hommes, ainsi que les sprinters Jonathan Bardotier et Joanilla Janvier, tous deux au départ du 1er tour du 100 m hommes et dames. Une entrée en matière à ne pas rater, sur un plateau qui se veut relevé.
En raison du fait que l’événement précède de quelques jours l’ouverture des Mondiaux d’athlétisme qui de déroulent du 4 au 13 août à Londres, il y a fort à parier que les athlètes non-qualifiés aux minima se sont tous rabattus sur Abidjan pour tenter de sauver leur saison. Et la sélection mauricienne risque donc d’avoir fort à faire face à une rude opposition dans la course au podium. Déjà à Nice, les meilleurs Français et les meilleurs athlètes francophones en général s’étaient présentés en force, comme en 1994 à Paris. À Nice, où Maurice s’était déplacée avec un contingent de 13 athlètes, elle avait accroché trois médailles de bronze, remportées au décathlon par Guillaume Thierry, ainsi que par Jessika Rosun au javelot et Jonathan Permal au 200 m.
Quelle sera la prestation de l’équipe à Abidjan, d’autant que Guillaume Thierry et Jonathan Permal n’en font plus partie ? Depuis le début de l’année, stages et compétitions à l’étranger ont rythmé la préparation de la plupart des sélectionnés. On y ajoute un passage l’an dernier aux Championnats d’Afrique à Durban, même si les résultats avaient été très décevants. Seule certitude, il y en a au moins quelques-uns qui ont jusqu’ici tenu la gageure.
D’abord Bernard Baptiste, dont la progression au lancer du poids a été remarquable avec un record national situé désormais à 17,62 m, puis le marcheur Jérôme Caprice, qui pourrait créer la surprise au 20 km marche. Suivent Jessika Rosun (javelot), Jonathan Drack (triple saut), le spécialiste du demi-fond Mohammad Dookun et les sprinters Jean-Yan Degrâce, Jonathan Bardotier et Orwin Émilien. Mais compte tenu des réalités prévalant dans la plupart de ces épreuves, il faut surtout espérer que les représentants mauriciens évoluent à leur meilleur niveau et soient capables de se surpasser. À l’approche de l’échéance, force est de constater que les performances ont davantage stagné que d’avoir été en hausse pour certains d’entre eux depuis avril-mai.
Une situation qui n’est pas vraiment rassurante. Mais l’entraîneur national, Joël Sévère, se veut lui « positif » en abordant la compétition. « C’est un groupe qu’on connaît depuis deux ans et je crois que tout le monde est en forme. Même s’il n’y a pas eu des performances significatives lors des Championnats de Maurice (17 juin), certains ont validé leur sélection dans l’intervalle d’avril-mai. Nos chances de médailles sont bien réelles. Je reste positif », nous avait-il confié au dernier jour du stage résidentiel que la sélection mauricienne avait effectué du 3 au 12 juillet à l’hôtel Villas Caroline à Flic-en-Flac. Il n’a pas voulu citer des noms, ne voulant pas « mettre la pression » sur ces potentiels médaillés.
La compétition débute donc demain. Outre Jessika Rosun, on note également que Jérôme Caprice, Joanilla Janvier et Aurélie Alcindor avaient été de l’odyssée niçoise en 2013. En cas de qualification demain, Jonathan Permal, Joanilla Janvier disputeront la finale lundi. Mais une participation de Mohammad Dookun au 1er tour du 800 m hommes demain est moins probable en sachant que le 1er tour du 1 500 m hommes, épreuve pour laquelle il s’est qualifié au minima, se courra mardi matin et la finale programmée pour jeudi après-midi. Notons que Maurice à 4h d’avance sur La Côte d’Ivoire.