L’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) a saisi Rs 22 M de cocaïne lors de deux opérations menées à Flic-en-Flac et Grand-Baie, le lundi 28 octobre.

Quatre Nigérians et un Mauricien ont été arrêtés lors de ces exercices. La police soupçonne que les étrangers sont utilisés comme paravent afin que le trafiquant local ne puisse être identifié.

C’est l’équipe du sergent Mohun qui a convaincu Emmanuel Billy Manoovaloo, 28 ans, résidant à Vacoas, de vendre une certaine quantité de cocaïne à des policiers qui se sont fait passer pour des clients. Deux officiers en civil sont partis rejoindre le suspect qui leur a proposé 250 grammes de cocaïne pour Rs 800 000. Il a par la suite été arrêté. L’ADSU a fouillé son van, immatriculé 174 JN 98, où un portable Nokia a été saisi.

Après son arrestation, le jeune homme a accepté de coopérer avec les enquêteurs en déclinant l’identité de son fournisseur. Après un coup de fil prétextant que ses « clients » étaient prêts à acheter une plus grosse quantité de cocaïne, l’information a été relayée aux officiers de l’ADSU, qui ont envoyé une équipe à Grand-Baie.

A Camp Carol, l’ADSU a procédé à l’arrestation de quatre Nigérians dans un appartement en possession d’un sac en plastique contenant une certaine quantité de cocaïne, une balance électronique contenant des traces de drogue et trois portables. La valeur totale de la drogue saisie est évaluée à Rs 22 M.

Les quatre Nigériens et le Mauricien ont été placés en détention lundi. Ils sont attendus en justice ce mardi et ils seront provisoirement inculpés pour trafic de drogue.

Cette enquête est supervisée par l’ASP Hossannee.

Retrouvez d’amples informations dans l’édition du Mauricien du 29 octobre.