photo illustration

Leurs noms ne figurent pas sur le registre des électeurs, alors qu’ils ont déjà voté par le passé.

« Laissez-nous faire notre devoir civique ! » Telle est la pétition lancée par l’internaute Ninine Mapoule pour recueillir des signatures en vue de pouvoir voter le 7 novembre. Plusieurs personnes ont en effet eu la désagréable surprise de constater que leurs noms ne figuraient pas sur le registre des électeurs, alors qu’ils étaient déjà enregistrés. Lors de son briefing avec la presse hier, le Commissaire électoral a expliqué qu’il était important de se faire enregistrer chaque année.

Bernard Cayeux, qui avait pourtant voté aux élections de 2014, dit son étonnement d’avoir constaté qu’il n’était pas sur le registre des électeurs. Même s’il reconnaît avoir changé d’adresse, depuis les dernières élections, il estime que son nom aurait dû apparaître au moins à son ancienne adresse. « J’ai contacté la Commission électorale, mais malheureusement on m’a dit qu’on ne pouvait rien faire. On m’a expliqué que les enregistrements avaient déjà été faits. »

Cependant, le cas de Bernard Cayeux n’est pas isolé. Plusieurs internautes ont répondu à son poste à ce sujet, témoignant également de leur surprise de ne pas se retrouver sur le registre des électeurs. Dans certains cas, dans une même famille, certains sont enregistrés et d’autres pas. Réagissant à cette situation, une internaute a décidé de lancer une pétition afin de recueillir des voix pour pouvoir voter. A ce jour, elle avait recueilli 360 signatures.

Pour le moment, on ne sait combien de personnes exactement se retrouvent dans cette situation. Hier, lors de son briefing, le Commissaire électoral a expliqué qu’un enregistrement des électeurs se fait chaque année. Dans certains cas, a-t-il expliqué, les personnes sont absentes à la maison ou encore d’autres ne montrent pas d’intérêt à cet exercice.

Bernard Cayeux estime, lui, que cette explication ne tient pas la route. Il déplore le fait que de nombreux citoyens seront privés de leurs devoirs civiques, ce qui est contraire à la démocratie. « Je vote depuis que j’ai 18 ans et, aujourd’hui, j’en ai 55. C’est la première fois qu’une telle chose m’arrive. »

Ce dernier invite les citoyens à vérifier si leur nom figure sur la liste des électeurs à travers le site de la Commission électorale afin de ne pas avoir de mauvaise surprise le jour des élections.