La propriétaire du supermarché Way de Rose-Hill, qui a été traduite devant la cour de district des basses Plaines-Wilhems présidée par la magistrate Padmini Mauree, a bénéficié d’un verdict d’acquittement. Elle était accusée d’avoir commis un acte d’agression sur la personne d’une cliente. C’est après avoir visionné les images du film de la caméra de surveillance placées sur DVD que la magistrate s’est rendue à l’évidence que c’était plutôt la cliente qui a fait preuve d’agressivité.
L’incident s’est déroulé le 2 mars 2012. En cour, l’accusée a plaidé non coupable. Selon sa version des faits, elle a affirmé dans sa déposition qu’elle a donnée à la police que la « complainant » (victime présumée) est venue dans le but d’acheter initialement un paquet de saucisses. Elle a payé pour cet item et est partie. La cliente est revenue quelque temps après. Au moment de quitter le supermarché, l’accusée a demandé à la femme si elle n’avait pas pris un sachet de saucisses pour lequel elle n’a pas payé. La cliente a alors retiré volontairement de son sac un sachet de saucisses et un reçu montrant qu’elle avait payé, qu’elle a montré à l’accusée. Elle s’est mise en colère et a commencé à crier sur l’accusée en disant qu’elle l’a humiliée.
Déposant en cour, la femme a indiqué qu’elle s’était rendue au supermarché à 14 h 50 ce jour-là. Elle est sortie après avoir pris un sachet de saucisses pour lequel elle a payé. A peine a-t-elle quitté le supermarché qu’elle a reçu un appel de son mari, qui lui a demandé de se procurer une bouteille de rhum, étant donné qu’il allait rentrer tard. La femme est revenue au supermarché et avait toujours les saucisses dans son sac. Elle a pris une bouteille de rhum, qu’elle a payée à la caisse. c’est alors que l’accusée est intervenue. Toujours selon la femme, l’accusée a pris de force le sac de la cliente. Cette dernière, a-t-elle déclaré en cour, s’est sentie humiliée, du fait que plusieurs personnes étaient venues voir ce qui se passait.
La défense a appelé l’accusée à la barre. Elle a fait ressortir que le jour de l’incident on lui a signalé qu’une femme avait pris des saucisses, qu’elle a mises dans son sac sans avoir payé. Elle a nié avoir tiré brutalement sur la main de la femme, précisant qu’elle n’a fait que lui parler. La défense a alors produit en cour un DVD comprenant les images filmées par la caméra de surveillance. Le DVD a été joué en cour. Le film a montré l’accusée stoppant la cliente et fouillant son sac. A aucun moment, le film a monté que l’accusé aurait commis quelque acte d’agression sur la plaignante.
Pour la magistrate, le film qu’elle a visionné en dit long sur ce qui passé réellement ce jour-là. Il démontre que la plaignante a exagéré sur plusieurs points qu’elle a avancés. Elle conclut que la poursuite n’a pu prouver sans le moindre doute possible l’accusation formulée par la plaignante à l’encontre de la propriétaire du supermarché.