Dès le premier tour, notre compatriote Philippe Hao Thyn Voon a été élu comme 3e vice-président de l’Association des Comités Nationaux Olympiques d’Afrique (ACNOA). En effet, c’est avec une majorité de 30 votes — soit le minimum nécessaire pour être déclaré élu dès le premier tour— que le président du Comité Olympique Mauricien (COM) a assuré sa place à ce poste, pour la 2e fois consécutive, devant le Malgache Thierry Siteny et la Djiboutienne Fardoussa Moussa Eguen. Cette victoire « n’a pas été des plus facile » pour le Mauricien, qui dès son arrivée à l’aéroport de Djibouti a eu à faire face à toutes les peines du monde, lui faisant même penser, à un certain moment, « à me retirer de la course ».
« Une expérience quelque peu désagréable ». C’est ainsi que Philippe Hao Thyn Voon a qualifié son séjour à Djibouti, où se tenait l’Assemblée générale de l’ANCOA, qui a renouvelé à son terme la plupart des contrats de ses dirigeants. Mais dès le départ, les choses se sont compliquées avec cette lettre de l’ACNOA, datant du 7 mai et portant la signature de Mustapha Berraf. Une nouvelle affaire de pot-de-vin au sein de la plus grande instance du sport africain était mise au grand jour. Un scandale qui a fait une victime de choix, puisqu’elle a mis hors course le Camérounais Kalkaba Malboum, président de la toute-puissante Confédération Africaine d’Athlétisme et candidat à la présidence de l’ACNOA, face à « intouchable » Lassana Palenfo.
Fouillé de fond en comble
Cette correspondance de quatre pages a mis en exergue la distribution de quelque 186 286 000 de franc CFA à différentes personnalités, lobbyistes et membres du CIO dans le cadre de sa campagne pour se faire élire comme président de l’ACNOA. Une découverte qui a fait sourire le président sortant, Lassana Palenfo, qui a donc été réélu pour la énième fois à la tête de cet organisme, et ce sans opposition.
Par contre, pour Philippe Hao Thyn Voon, ce fut une autre paire de manche : « dès mon arrivée à Djibouti j’étais surpris, car j’ai été fouillé de fond en comble par les douaniers. J’ai eu à vider tout le contenu de mes poches. Par la suite j’ai eu la désagréable surprise de constater que les cadenas de mes valises avaient été cassés et, au passage à la douane, j’ai été fouillé comme jamais. Puis, lorsque je me suis installé à l’hôtel, ce fut carrément du harcèlement pour me dire de retirer ma candidature », a expliqué PHTV à Week-End.
 Mais le président du COM dit ne pas avoir cédé à ses appels, puisqu’il était « confiant » de faire réélire. « Mes amis au sein de l’ACNOA m’ont tous apporté leur soutien. Malgré une campagne déloyale de la part de la candidate djiboutienne, ouvertement soutenue par son gouvernement et la présidence, je suis content d’être sorti vainqueur de cette joute, car définitivement Maurice va bénéficier de ma présence à ce niveau », explique encore le président du COM. Ce dernier a même choisi de rentrer 24h plus à Maurice « afin d’éviter tout quiproquo » dans ce pays par comme les autres, dira-t-il.
Parlant de son mandat comme 3e vice-président de l’ACNOA, Philippe Hao Thyn Voon a souligné que c’est, encore une fois, une nouvelle opportunité pour le sport mauricien. « Financièrement, l’ACNOA se développe et apporte davantage d’aide aux sportifs d’Afrique. Du reste, un plan vient d’être élaboré en vue des Jeux olympiques de 2022, et il serait dans l’ordre des choses que les sportifs mauriciens qui cherchent leur qualification pour les JO soient sur cette liste », réitère le président du COM, qui a aussi hérité du poste de président de la commission marketing de l’ACNOA.