• La Cour a conclu que l’audition de Shekur Suntah n’est pas nécessaire vu que les clarifications recherchées se trouvent dans des lettres déjà produites en cour

La magistrate Wendy Rangan, vice-présidente de la Cour intermédiaire, n’a pas accédé à la demande de la défense de Prakash Maunthrooa, qui souhaitait appeler à nouveau le directeur de la Mauritius Ports Authority (MPA), Shekur Suntah, pour donner sa version sur des correspondances qui lui étaient adressées dans le cadre de l’affaire Boskalis.

La magistrate a en effet estimé que les clarifications recherchées par la défense se trouvent déjà dans ces correspondances, qui ont été produites en cour. Elle a de plus soutenu que la défense « aura l’opportunité de s’adresser à la cour sur ces lettres lors des plaidoiries ».

Me Nadeem Allybocus, qui fait partie du panel d’avocats représentant Prakash Maunthrooa, avait logé une motion lors de ce procès intenté à Siddick Chady et Prakash Maunthrooa, demandant que Shekur Suntah soit appelé comme témoin pour être contre-interrogé sur des lettres produites lorsque Jan Cornelius Haak avait été auditionné via visioconférence.

Selon Me Nadeem Allybocus, la poursuite ne lui avait pas transmis ces lettres, lesquelles comportent des informations majeures pour sa défense. Me Rashid Ahmine, Deputy DPP, avait objecté à cette motion, avançant que Shekur Suntah a déjà été appelé comme témoin de la poursuite et qu’il a été contre-interrogé.

Il avance de ce fait, par le biais de points de droit, qu’un témoin qui a déjà été assigné à témoigner par la poursuite ne peut être appelé à nouveau en tant que témoin de la défense.

La magistrate Wendy Rangan a rendu son “ruling” sur cette question. Elle devait d’abord faire état du « pouvoir discrétionnaire » de la cour d’autoriser l’appel d’un témoin de la poursuite pour faire office de témoin de la défense, selon la loi britannique.

Concernant cette affaire, la magistrate a fait mention desdites lettres. La première, datée du 25 juillet 2008, signée par Shekur Suntah, est adressée au Chief Executive, Royal Boskalis Westminster. La seconde lettre, elle, datée du 22 août et signée par M. Propper, est adressée à la MPA, à l’attention de Shekur Suntah.

Selon la magistrate, ces lettres étaient en possession de la défense de Siddick Chady et « il y a une réelle possibilité qu’elles aient été communiquées ». Sur le contenu des lettres, il est question d’une demande d’informations sur des cadres de la firme Boskalis, notamment Angela Kok et Pieter Boer, de même que d’allégations de paiements effectués par Boskalis International BV à Siddick Chady.

La réponse de Boskalis avait été que les procédures d’appel d’offres étaient transparentes et que Boskalis avait obtenu le contrat après avoir soumis une offre compétitive.

La magistrate Wendy Rangan devait toutefois prendre note du fait que Angela Kok, Pieter Boer ou encore M. Propper n’ont jamais fait office de témoin dans ce procès et que le nom de Prakash Maunthrooa ne figure pas dans ces lettres.

Trouvant ainsi qu’une nouvelle audition de Shekur Suntah n’a pas lieu d’être, vu que toutes les informations recherchées par la défense se trouvent déjà dans ces lettres, la magistrate n’a pas accédé à cette requête. Les plaidoiries débuteront le 5 août.