Les 1 047 victimes du Ponzi Scheme orchestré par Bhimla Ramloll, concernant des investissements dans la compagnie Sunkai Co Ltd, réclament, à travers leur avoué, Me Kaviraj Bokhoree, le dégel de Rs 273 M de l’argent saisi de la fraude. Ils soutiennent avoir obtenu un jugement en leur faveur en Cour suprême pour le remboursement de leurs investissements mais ne pas encore avoir touché leur argent. Lors de l’appel de l’affaire devant le chef juge Eddy Balancy le lundi 19 août, le commissaire de police (CP) a juré un affidavit faisant état d’une plainte « mal conçue » car les plaignants n’auraient pas respecté les dispositions de l’Asset Recovery Act.

Cette motion des 1 047 victimes est dirigée contre le commissaire de police, Mario Nobin, le Directeur des poursuites publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, et la Financial Intelligence Unit (FIU). Le commissaire de police et la FIU, à travers le Senior State Attorney, Me Doorgesh Kumar Manikaran, ont, lors d’une précédente séance, indiqué qu’ils objectaient à la requête des 1 047 victimes.

Lors de l’appel de l’affaire hier devant le chef juge Eddy Balancy, le commissaire de police et la FIU ont déposé leurs affidavits, l’un juré au nom de la FIU par le constable Kunal Ramchurn, de l’Asset Recovery Investigation Division, et l’autre par le caporal Jean Freddy Berty Achille, au nom du commissaire de police. Le constable Kunal Ramchurn a ainsi demandé à « maintenir le statu quo » en attendant la fin des procédures pénales contre Bhimla Ramloll. Il a rappelé que les 1 047 victimes « ne sont pas les seules personnes à avoir investi de l’argent dans la société Sunkai » et que le statu quo permettrait d’éviter toute « dissipation des avoirs ».

Le caporal Jean Freddy Berty Achille a, lui, indiqué dans son affidavit que la demande des plaignants ne peut être entretenue par la cour, soulignant qu’ils n’ont pas respecté les articles 12 et 13 de l’Asset Recovery Act et que, de ce fait, la cour n’est pas habilitée à « defreeze and release a judgement account ». Par ailleurs, lors d’une précédente séance, le représentant du commissaire de police avait indiqué que les procédures pour le remboursement sont en cours et que cinq des 1 047 victimes ont déjà obtenu des remboursements partiels, avançant par ailleurs que, jusqu’à présent, la somme nette devant être remboursée aux victimes de Sunkai s’élève à Rs 61 302 800. Le représentant des plaignants, Me Kaviraj Bokhoree, a demandé du temps pour répondre au commissaire de police et à la FIU. L’affaire a été renvoyée au 2 septembre.

Au total, le remboursement pour ces victimes s’élèverait à Rs 270 M. Bhimla Ramloll doit aussi payer Rs 3 000 à chaque client comme frais pour cette affaire, portant donc le montant total à de Rs 273 M. Des milliers de personnes ont été victime de la société Sunkai. Dans leur plainte en Cour suprême et en Cour intermédiaire, les clients expliquent qu’ils avaient investi de l’argent dans l’espoir de faire fructifier leur investissement. Ils devaient cependant réaliser par la suite qu’ils s’étaient fait berner par la directrice de Sunkai car Bhimla Ramloll leur avait présenté ce projet d’investissement de façon « très professionnelle ». Sans compter que leur contrat portait le sceau d’un avoué. Ce n’est que lorsque l’affaire a éclaté, en 2012, que les victimes ont pris connaissance des faits.