Photo d'archives

Le débarquement hier après-midi des travailleurs indiens, retenus depuis leur arrivée lundi dernier sur le MV Trochetia en raison du mauvais temps et d’une mer houleuse, a constitué un véritable événement pour les habitants d’Agalega. Il ne reste que sept passagers toujours à bord et leur débarquement, prévu ce matin, a été renvoyé car la mer est à nouveau houleuse.

C’est un ouf de soulagement tant pour les passagers débarqués que pour les habitants, qui témoignent de leur sympathie envers ces derniers. « C’est très dur de rester sur une mer démontée pendant une semaine. Nou konsian ki bann-la finn pas par enn eprev bien difisil », témoignent des Agaléens. Selon les témoignages de quelques habitants, c’est la première fois que le débarquement des passagers est reporté après autant de jours. « Kapav res omwin 2 zour abor me apre sa, li bien difisil pou kontign atann lor enn lamer demonte. Nou tou bann imin e nou kontan ki sa bann travayer indien-la finn resi desann yer tanto. Nou espere ki resi debark sa 7 pasaze-la azordi », dit au Mauricien un père de famille.

Parmi les 80 passagers, qui ont fait le voyage à bord du MV Trochétia, se trouvent quatre Mauriciens en mission dans l’archipel. Soulignons que la majorité de ces travailleurs indiens étaient à leur premier voyage en mer et ont beaucoup souffert de cette longue attente à bord depuis leur arrivée lundi dernier. Par ailleurs, ce nouveau contingent de travailleurs indiens est logé depuis hier au Tsunami Centre au Village 25 en attendant la construction de leurs tentes qui leur serviront de logement pendant leur séjour. Soulignons que les collégiens habitant l’île du Sud ont pu prendre la mer ce matin pour se rendre au collège se trouvant sur l’Île du Nord.