La manifestation prévue hier par la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) devant les locaux d’Air Mauritius au Paille-en-Queue Court, à Port Louis, pour la non-ratification de l’accord collectif des employés de la compagnie d’Airmate, n’a finalement pas eu lieu. Une réunion in extremis entre les représentants syndicaux et les responsables de la compagnie nationale d’aviation, notamment le Chief Executive Officer, Somas Appavoo, et Mike Seetaramadoo, a débouché sur un ultimatum lancé à la direction de MK afin de trouver une solution d’ici lundi 16h.

Le président de la CTSP, Reeaz Chuttoo, affirme que « nou finn gagn enn commitment ki zot pou vinn delavan ek enn propozision enn Wage Structure pou travayer Airmate kinn fini prepar ek zot pe pofine ». Il laisse entendre que la direction avait initialement demandé un délai jusqu’à mercredi , « mais on a refusé », en avançant qu’un rendez-vous est déjà fixé devant la Commission for Conciliation and Mediation le 16. Reeaz Chuttoo prévoit également des négociations poussées pour les employés de niveau supérieur au sein d’Airmate. « Sa nou pe diskite lor posibilite integ zot dan Air Mauritius », a-t-il laissé entendre.

Selon le président de la CTSP, « une dernière chance » a été accordée dans le dialogue, « mai nou pa pou al plis ki lindi ». Il dit espérer qu’une solution sera trouvée et lance dans la foulée un appel au Premier ministre, « car c’est aussi sa responsabilité ». La CTSP réclame en effet une structure salariale pour les employés de cette compagnie d’Air Mauritius. « Klas dimounn selon zot tan servis parski ek introduction saler minimal, enn dimounn ki rantre premye zour ek enn dimounn ki finn fer 8 an, zot saler de baz preske parey », a soutenu Reeaz Chuttoo.

Intervenant à son tour, la syndicaliste de la CTSP, Jane Ragoo a déploré que « cela fait quatre ans que ces négociations trainent ». « Pandan sa 4 an-la, noun pass nou letan mandie. Parski toultan noun bizin less travayer Air Mauritius so syndika ki koumadir gagn negosiasion ek pou zot tou finn abouti », a-t-elle affirmé. Et d’ajouter qu’il n’y a « jamais eu un dossier qui a pris autant de temps » devant la CCM. Selon elle, cet accord « aurait dû être signé depuis la semaine dernière », mais au final, « nou pa kone kot bann lord sorti ek lakor pann sinie devan CCM ».