Le pont d'Albion

Depuis que le pont principal d’Albion est en rénovation, certains commerces tournent au ralenti. Certains ont même dû fermer leurs portes par manque de clients. Selon des commerçants, ils éprouvent « de grandes difficultés » et espèrent que la situation retournera à la normale au plus vite. Le pont aurait dû être complété fin mars mais, jusqu’à présent, les travaux se poursuivent, notent-ils.

Opérant un petit commerce dans la restauration à Morcellement de Chazal, à Albion, Richard Chan Kin observe une baisse de 60% de son chiffre d’affaires depuis que le pont principal est en rénovation.

« Nous n’avons plus le même nombre de clients depuis que le pont est en rénovation. Mon chiffre d’affaires a baissé et je m’assois pendant toute la journée, attendant qu’un client vienne », explique ce commerçant, qui travaille avec sa femme.

Son restaurant, situé à côté de l’église, dit-il, attire d’habitude de nombreux clients. Il pointe du doigt la lenteur de la rénovation du pont, ce qui décourage les clients. « On nous a promis que le pont serait terminé fin mars mais nous constatons qu’il y a encore à faire », dit-il.

Et d’ajouter : « Plusieurs restaurants ne travaillent pas. Certains ont carrément fermé leurs portes. » Selon Richard Chan Kin, il ne reçoit plus autant de touristes. « Quelques touristes m’ont même demandé comment je fais pour travailler ici. » Ces derniers, selon le propriétaire, faisaient référence aux travailleurs sur le chantier. « Je leur ai demandé pourquoi ils prennent autant de temps, mais je n’ai pas eu de réponse », regrette cet habitant.

Sacrifier ses économies.

Pour que son commerce puisse quand même opérer, selon Richard Chan Kin, il a dû puiser dans ses économies pour le paiement du loyer et d’autres factures. « On gagne très peu d’argent », dit-il.

Exaspéré par cet état de choses, il dit ne pas savoir quoi faire. « On se sent oubliés », lâche-t-il. La réfection du pont, selon lui, n’aurait pas dû se faire de cette façon. « On aurait dû parler avec les habitants et leur expliquer le projet. Que fera-t-on en cas d’inondations des deux ponts ? » se demande-t-il.

La situation est pire pour Roland Mulligadoo, propriétaire du restaurant La Case en Paille à Albion. Ayant mis en gage sa maison et son terrain pour un prêt et pouvoir commencer son business, il dit être « complètement perdu » depuis que le pont est en rénovation.

« Je ne travaille plus depuis trois mois. Mon chiffre d’affaires a baissé drastiquement. Aujourd’hui, je suis tombé malade à cause du stress accumulé », explique-t-il. Le constat devant son restaurant, dit-il, « est déplorable » à cause des ordures et de la pollution qui nuisent à son business depuis la rénovation du pont.

« Les touristes n’osent plus venir chez moi. Ils me demandent comment je fais pour travailler dans une telle insalubrité », dit-il. Selon lui, aucune personne ne pourra s’asseoir et manger convenablement tant le lieu est devenu dégoûtant. « Trois réservations pour une réception ont été annulées dans mon restaurant. Les décorations sont toujours présentes », dit-il.

Lenteur des Travaux.

« C’est triste de le dire. On prend des décisions qui ne nous plaisent pas. On aurait dû nous mettre en garde que ce pont allait affecter notre business », dit ce conseiller de village, remonté.

S’il est content que le pont soit rénové, il regrette toutefois la lenteur des travaux. Ayant des factures à payer, Roland Mulligadoo dit ne pas pouvoir les honorer. Il avance qu’il sera très difficile pour lui de trouver de l’argent pour payer son assurance et ses permis d’opération.

Il a même demandé à ses employés de ne plus venir travailler. Ces derniers, dit-il, étaient à temps partiel mais doivent maintenant rester chez eux ou trouver un emploi ailleurs. « Le gouvernement sait que nous n’avons pas d’argent. Si on parle, on nous accuse d’être des fauteurs de troubles. Que doit-on faire ? », se demande-t-il.

Roland Mulligadoo demande au gouvernement de changer d’attitude envers les habitants d’Albion. « Nous regretterons ce qui se passera après », prévient-il. Il dit ne pas pouvoir parler aux habitants à cause d’un manque d’informations.

Manquements multiples.

Selon Vic Acheemootoo, habitant d’Albion, il fallait mettre en place un “contingence plan” à cause des travaux.

Il note un rétrécissement de la largeur du pont durant sa rénovation. Selon lui, il n’y a aucune communication entre les autorités et les habitants sur le projet alors que la Local Government Act stipule que les habitants soient informés pour les travaux.

« Ce pont principal est utilisé par 90% des habitants. Que ferons-nous en cas d’inondations ? », se demande-t-il.

Pour lui, aucune évaluation n’a été faite concernant l’impact de la rénovation de ce pont sur les habitants et les commerces.

« Nous devons effectuer un long détour tous les jours. C’est une grande complication pour les habitants. » Il regrette que plusieurs commerces aient fermé leurs portes. Si les inondations sont la cause principale de la rénovation du pont, il fait ressortir que la rivière n’est même pas nettoyée.

Et qu’un nettoyage régulier du pont n’aurait jamais abouti à cette situation.

Selon le ministère des Infrastructures publiques, les travaux entrepris depuis septembre dernier seront complétés le 30 avril et coûteront Rs 14 millions. Le nouveau pont sera long de 11 mètres.