Photo archive : Assemblée générale de l'UPSEE

La nouvelle direction de l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE) fait face à une mise en demeure servie par la direction du Royal Holloway College. Le management de cet établissement reproche au syndicat d’avoir, lors d’une récente conférence de presse, fait état de l’existence d’un « rapport accablant » émanant de la Commission for Conciliation and Mediation contre l’école. Or, le manager du collège maintient dans cette mise en demeure n’avoir été convoqué à aucun moment devant une telle instance « for any explanation ».

Selon le plaignant, les propos du l’UPSEE seraient « false and malicious and have caused great prejudice » à l’école. Il réclame donc un dédommagement de Rs 10 millions.
Les dirigeants de l’UPSEE confirment avoir reçu une mise en demeure du Royal Holloway College et indiquent qu’ils suivront les procédures d’usage pour donner leur réponse. Ils soulignent également qu’ils ne sont nullement concernés par le déroulement des travaux de la CCM. « On a convoqué le syndicat à l’une des auditions pour qu’il donne sa version des faits et nous nous y sommes rendus. Mais nous ne sommes pas habilités à dire à la commission les personnes qui doivent être interrogées ou pas », dit le président de l’UPSEE. Il ajoute que, selon les renseignements du syndicat, le rapport de la CCM « serait prêt depuis longtemps ».