Alors qu’il avouait hier être « prêt à aller jusqu’au bout », Mohamed Mustapha, alias “Gandhi”, est revenu sur sa déclaration ce matin. Ce dernier, qui a entamé une grève de la faim et de la soif au Jardin de la Compagnie, à Port-Louis, depuis 9 jours, se fait le porte-parole des pêcheurs de bancs. Au Mauricien, il a soutenu que son état de santé ne pourra lui permettre de poursuivre son mouvement de contestation, n’écartant donc pas la possibilité d’y mettre un terme.  À travers sa grève, il cherche à attirer l’attention de l’opinion publique et des autorités sur le sort des pêcheurs de bancs.
“Gandhi” réclame en effet une allocation de Rs 7 000 aux  pêcheurs de bancs au chômage ainsi qu’une garantie d’embauche. Les autorités n’ont toutefois pas répondu à son appel. Hier, un médecin s’est rendu sur les lieux pour s’enquérir de son état de santé, jugé « préoccupant ».