Bientôt huit mois que le Chairman Emeritus du groupe BAI,  Dawood Ajum Rawat, a logé des réclamations de Rs 35 milliards, soit USD 1 milliard, contre le gouvernement suite au démantèlement de son conglomérat pour cause de Ponzi Scheme, évalué à Rs 25 milliards par le gouverneur de la Banque de Maurice. Les dernières indications sont que le panel d’arbitres, présidé par un légiste de renom et avec une grande expérience dans les arbitrages, et deux autres assesseurs, nommés par chacune des deux parties en litige, est sur le point d’être complété de manière formelle. Dans ces mêmes milieux, on laisse entendre que la séance de “procedural hearing”, soit l’équivalent d’un pro forma en Cour suprême, des parties pourrait être convoquée très bientôt. Avec le remboursement en cours des clients, victimes du Super Cash Back Gold Scheme de la BAI, les délibérations de cet arbitrage, institué sous les dispositifs de la United Nations Commission on International Trade Law, devront retenir l’attention, sauf que les négociations pour la vente de l’hôpital Apollo-Bramwell pour un montant de Rs 2,1 milliards continuent à tirer en longueur, même si le “deadline” imposé a depuis longtemps été franchi.