Rideau sur les 11es championnats d’Afrique juniors d’athlétisme qui se sont achevés hier au stade Germain-Commarmond à Bambous. Si le Nigeria, l’Afrique du Sud, l’Éthiopie, l’Égypte et le Kenya forment le top 5 au classement final des médailles, Maurice y termine onzième avec cinq médailles, soit deux d’argent et trois de bronze. Jonathan Permal ayant acquis sa deuxième médaille d’argent hier au 200 m, alors qu’Anna Milazar s’appropria le bronze samedi au saut en hauteur dames.
On attendait beaucoup de Jonathan Permal pour clore en apothéose la compétition hier après-midi. Et le sprinter de Bel Air n’a pas déçu. Il n’y avait que des costauds dans cette finale du 200 m hommes. Légèrement en retrait à la sortie du virage, le longiligne athlète reviendra telle une flèche sur ses adversaires, sauf le Nigérian Divine Oduduru, qui resta inaccessible. Ce dernier s’imposa en 21”19 contre 21”26 au Mauricien. Mais Permal a rempli son contrat. « Il était le plus fort, mais je suis satisfait, même si je ne remporte pas l’or. Je n’étais pas bien loin. Il a eu l’avantage du vent étant plus costaud et moins grand. Sans le vent, la course aurait été toute autre », a-t-il réagi.
Le Nigérian avoua pour sa part qu’il n’attendait que le départ pour se départager de ses adversaires. « En voyant qu’on était tous capables de gagner, je me suis dit que seul le départ allait choisir le vainqueur. Car c’est tout ce qu’on a retenu à l’intérieur qui explose durant la course. Mes adversaires m’ont vraiment poussé et je m’attendais à aller plus vite. Mais je suis très heureux », lâchait-il avec beaucoup de feeling après sa course. Il espère se qualifier pour les mondiaux juniors l’année prochaine.
Reste que le passage de Jonathan Permal tour à tour aux Jeux du Commowealth cadets (Ile de Mans) et aux mondiaux cadets (Lille) en 2011 ainsi qu’aux mondiaux juniors l’an dernier à Barcelone lui ont permis d’acquérir de l’expérience, sans parler de ses huit mois passés au centre de l’IAAF à Kingston en Jamaïque. « Aujourd’hui je sais comment attaquer une course africaine, mais mon objectif est d’atteindre le niveau mondial dans trois ans si tout va bien. » Jonathan Permal remercie son coach Nanda Chinapyel, sa famille, son fan club de Bel Air ainsi que le masseur David Victoire de l’avoir toujours soutenu durant ces championnats.
Dans l’épreuve féminine remportée en 24”21 par la Nigériane Nkiruka Uwakwe, la Mauricienne Amélie Anthony, en retrait dès le départ, ne put que terminer 6e et dernière en 26”42, face il est vrai à un vent défavorable de -3,5 m/s. Samedi, Amélie Anthony s’est qualifiée au temps en prenant la 4e et dernière place de sa série en 26”42.
Maurice 11e
Dans l’épreuve du saut en hauteur hommes, Maurice pouvait également briguer une place sur le podium. Mais Kenny Niclair échoua à sa troisième et dernière tentative à 1,95 m. Il termina son concours à la 5e place derrière le vainqueur, l’Égyptien Kaseb, auteur d’un bond à 2,11 m, devant le Nigérian Okpara (2,05 m) et le Zimbabwéen Muchichwa (2,00m). Fort déçu, il avoue que « tout mon corps est passé au-dessus, mais mon pied a renversé la barre. Sinon, j’aurais pu me battre pour obtenir au moins le bronze. » Il va quand même remettre l’ouvrage sur le métier en attendant « les mondiaux juniors l’an prochain au États-Unis (Eugène) et les championnats d’Afrique juniors australes. »
Dans les autres épreuves où les Mauriciens étaient en lice, la concurrence était telle que ces derniers ont terminé assez loin du podium. Arnaud Bignoux termina 5e au lancer du disque, Jessica Marie 4e au triple saut, Joey Dantue 6e au lancers du poids et Shania Vadamootoo 6e au javelot.
Samedi, c’est l’athlète rodriguaise Anna Milazar qui fit sensation en obtenant le bronze au saut en hauteur dames. Ex aequo avec la Sud-Africaine Megan Wilke avec un bond de 1,60 m réussi à leur au 1er essai suivi d’un échec commun à 1,65 m, la Sud-Africaine était toutefois assurée de la médaille d’argent ayant vaincu à son premier essai une barre à 1,55 m contre un troisième essai à Milazar.
Au lancer du marteau dames, Mélissa Arlanda (Mce) projeta l’engin à 46,10 m, prenant la 6e et dernière place loin dernière un trio composé de l’Égyptienne Ebrahim (53,88m), de la Sud-Africaine Coetzee (49,66 m) et de l’Algérienne Talbi (48,95 m. Au javelot hommes, Julien Sévère (Mce) réussira un jet de 55,53 m à son 6e et dernier essai, insuffisant pour lui offrir un podium. Reste que l’épreuve a été remportée par un surprenant vainqueur, le Kenyan Alex Kiprotich, qui réalisa 67,82 m. Le Sud-Africain Vanzyl et l’Égyptien El Amer durent se contenter des 2e et 3e places avec dans l’ordre 69,73 m et 69,40 m.
Lors des séries du 800 m hommes, Loïc Mustun (Mce) termina 7e et fut éliminé en 2’03”33. Dans la finale du saut en longueur, Cédric Rabeau (Mce) termina 11e et dernier avec un bond de 6,65 m. Au 4×400 m hommes, le quatuor mauricien composé de Clarice, Meunier, Vielleuse et Émilien a ralié l’arrivée en 4e position en 3’16”92 derrière le Nigeria, la Gambie et l’Éthiopie.
Hier, le Kenya, l’Éthiopie, l’Afrique du Sud et le Nigeria ont frappé toujours aussi fort en sprint, fond et demi-fond et lancers. Mais l’Algérie, le Lesotho et le Maroc ont aussi fait valoir leur suprématie aux 400 m haies féminin, triple saut féminin et au 110 m haies hommes qui vit Mohamed Koussi offrir au Maroc sa seule et unique médaille d’or en masculin. « La course était dure et de haut niveau. Mais c’est pour moi une sortie en beauté de la catégorie juniors », s’exclama le hurdler, qui vaut 13”77, sa marque personnelle. Courant juillet, il s’était distingué en s’imposant aux championnats de France juniors à Dijon en 13”98 après avoir réussi 13”80 en quarts et 13”96 en demi-finales.