Les leaders Paramasiven Sammynaden et Prisca Manikion sont tombés de haut, samedi lors de la deuxième manche de la ligue de cross-counbry Vital courue à Médine, Bambous. Si Manikion a été dominée à la régulière par Annablle Lascar, qui a repris les armes, c’est Kevin Narain, nouveau venu au bataillon, qui a été le grand animateur de la course des as. À lui tout seul, il a mis de manière surprenante les favoris en déroute en s’imposant en solitaire et avec autorité.
Cette deuxième manche aura donc tenu, comme attendu, toutes ses promesses. Car on avait pas tort de dire que le leader de la première manche restait sous la menace directe de ses plus proches poursuivants, parmi Kevin Narain, 4e seulement à Curepipe. Mais samedi, le coureur de la Rte Bassin, Quatre-Bornes, s’est véritablement déchaîné en emballant dès le départ les 7,8 km du parcours, pour le plaisir des yeux. Il a mis dans le vent le peloton en courant avec une quinzaine de mètres d’avance.
Une avance qu’il conservera sans ralentir jusqu’au 3e tour du circuit quand Sammynaden faussa à son tour compagnie à Christophe Motoosamy et Mohammad Dookun pour l’attaquer. Les deux hommes parcourront alors quelques hectomètres ensemble pour aborder la 4e boucle. Mais à peine cette partie du parcours entamée que l’inattendu se produisit…
Sammynaden s’effondra sur la pelouse, sans doute victime de l’effort qu’il a dû fournir pour se revenir sur le fuyard. C’était la désillusion. La course était finie pour lui… « J’ai eu subitement le vertige, des étourdissements et je me suis effondré. J’avais la tête qui tournait. C’est effort et la forte chaleur sûrement. J’avoue qu’on est partis sur des bases rapides et j’ai mis du temps pour recoller. Mais je savais que le départ allait être explosif. C’est désolant… L’opposition était là. On reprendra ce duel la semaine prochaine (samedi prochain) », ne put-il que concéder.
Pendant l’abandon de Sammynaden, Kevin Narain poursuivait lui sans regarder en arrière son cavalier seul. Il survola les deux boucles qui lui restait avant de franchir la ligne d’arrivée en grand vainqueur sous les applaudissements des ses amis. « Cette victoire, je l’ai prévue et bien préparée », confiait-il le sourire aux lèvres et fier de son coup.
« Depuis l’année dernière, je courrais toujours devant, puis me faisais rattraper. Pas cette fois. Mais c’était dur de soutenir ce rythme du début à la fin. Pour l’instant, j’en suis à 80% de ma forme et je n’ai pas encore trouvé mon vrai rythme. Je dis un grand merci à mon coach Karl Paul qui m’a toujours dit qu’il croit en moi. Cela m’a motivé. Il est un grand entraîneur, le meilleur que je connaisse. Je remercie aussi ma famille et mon cousin qui me disait toujours que mon jour viendrait et d’avoir confiance. Je suis content de ce que j’ai prouvé aujourd’hui (samedi dernier). La concurrence était de taille, mais dommage pour Sammymaden, il méritait lui aussi d’aller jusqu’au bout. »
Désillusion pour Manikion
Jusqu’à mardi dernier, Kevin Narain n’était pas encore sûr de pouvoir s’aligner n’ayant pas de chaussures de course. Car la paire qu’il portait jusqu’ici lui donnait des douleurs aux mollets à cause des semelles qui étaient trop usées. Mais ce problème fut en partie résolu et après quelques réglages techniques, il put finalement prendre le départ et faire honneur à tous ceux qui avaient confiance en lui.
Avant la course des hommes, celle des dames avait vu Annabelle Lascar stopper net la nouvelle domination naissante de Prisca Manikion. La spécialiste du demi-fond, qui visera du reste le doublé 800-1500 m l’an prochain aux Jeux des îles à La Réunion, a décidé de s’aligner au cross, ce qui est on ne peut plus logique. Mais toujours est-il qu’un nouveau titre s’éloigne pour Manikion, sauf revirement spectaculaire.
« Je ne m’y attendais pas à avoir une forte opposition. Mais j’ai bien apprécié. J’ai mené la course comme prévu en mettant un peu la pression. Mais quand Lascar est partie à un tour de l’arrivée, j’ai explosé. Je savais que ça se jouerait de cette façon au final. Le parcours était relativement plat, mais je préfère les faux-plats. Bravo aussi à Agathin qui termine 2e. C’est une surprise », dira Manikion après sa défaite. Il lui faudra redoubler d’efforts samedi à Moka pour prouver que ce n’était qu’un faux-pas.
Plus loin, Annabelle Lascar, confia elle aussi avoir bien apprécié sa première sortie dans cette ligue de cross. « Mon coach (Éric Milazar) m’a finalement conseillé de m’aligner pour avoir plus de frottements. Jusqu’au dernier moment, le suspense était là. La plus résistante d’entre nous a gagné. Je déciderai pour les prochaines manches. » Mais il faudra compter définitivement avec elle.
Dans les plus jeunes catégories, la plupart des favoris ont récidivé, sauf en poussines où Cassandre Dupont a damé le pion à Jerusha Ramsawmy, alors que Sophie Georges a devancé Béatrice Perre-Louis. Par contre en vétérans, Laval Marjolin et Joëlle Cotte ont signé leur rentrée avec une victoire.