Le ministre du Tourisme, Anil Gayan, s’est rendu ce lundi 27 mai aux Casernes centrales suite à la publication sur les réseaux sociaux d’une vidéo à travers laquelle il a évoqué le « honour killing ». Accompagné de son avocat Me Sanjeev Teeluckdharry, Anil Gayan a fait une déclaration à la Cybercrime Unit sous la section 46 (ga) de l’ICT Act concernant « les postes insultants, abusifs et également les menaces de mort » dont il ferait face.

Pour rappel, le ministre a réagi vendredi dernier à la circulation de cette vidéo controversée en affirmant trouver le “timing” de cette diffusion « surprenant », ajoutant que, pour lui, il s’agirait d’un « acte délibéré pour semer la zizanie ». Le plaignant dit ne pas écarter qu’il s’agit « d’une manœuvre de son/ses adversaire/s » pour porter atteinte à son image. Il concède toutefois que ses propos ont été tenus lors d’un débat auquel il a participé en 2016 sur le thème du sexe, de la religion et du rôle de la femme.

De plus, vendredi, des religieux et travailleurs sociaux ont également porté plainte contre le ministre du Tourisme aux Casernes centrales pour incitation à la haine raciale.

Ce que dit la section 46 de l’ICT Act

Any person who :

  • (ga) uses telecommunication equipment to send, deliver or show a message which is obscene, indecent, abusive, threatening, false or misleading, which is likely to cause or causes annoyance, humiliation, inconvenience, distress or anxiety to any person (h) uses, in any manner other than that specified in paragraph
  • (ga), an information and communication service, including telecommunication service, – for the transmission or reception of a message which is grossly offensive, or of an indecent, obscene or menacing character; or which is likely to cause or causes annoyance, humiliation, inconvenience, distress or anxiety to that person; for the transmission of a message which is of a nature likely to endanger or compromise State defence, public safety or public order.