“Solda lalit militan, ser nou lerin nou marse, komie siklonn pou vini, pa les nou latet al bese”. Entonnant le Soldat Lalit de Siven Chinien, Jasmine Toulouse a rameuté les militants du No 11, 12, 13 et 14, lors d’un congrès du MMM à Chemin Grenier, ce mardi 29 octobre.

La foule rassemblée devant la candidate du No 14 devait reprendre en coeur cet hymne du militantisme.

Jasmine Toulouse a écorché ses adversaires politiques en rappelant les scandales de chacun d’eux. Notamment en ce qu’il s’agit du traitement accordé aux femmes.

Paul Bérenger, de son côté, a énuméré les possibles résultats de ses élections, affirmant que, malgré les options, “le MMM sera dans le gouvernement”.
Il a détricoté le bilan d’Anerood Jugnauth dans les années 80’, rappelant que c’est lui qui avait présenté le budget pour redresser l’économie du pays.
“Pena okenn koze ant MMM ek MSM. Pena okenn koze ant MMM ek PTr”, a-t-il assuré. Le leader des mauves devait se souvenir de l’époque des “taper” et des couvre-feu. “Nou pa per”, a-t-il lancé.
Le manque de développement, de terrains de football adéquats et d’hôpitaux dans la circonscription a été décrié par Critanand Atma, candidat du MMM au No 14.
 Habitant de la région, il a regretté que “un député élu depuis 37 ans” n’ait pas répondu aux attentes des locaux. Il a, de fait, invité ces derniers à faire élire les trois candidats du MMM “comme en 2014”.
Les orateurs ont, dans l’ensemble, rappelé que les mauves ont “les mains propres”, ne se retrouvant pas empêtrés dans les divers scandales qui éclaboussent leurs adversaires politiques.
Ravind Juggurnath, candidat du No 14, a relevé que “c’est la première fois que tous les candidats du MMM viennent de la circonscription No 14”. De Cité Kennedy à Chemin Grenier, en passant par Surinam, Bambous et Rivière-Noire, il a affirmé que ses colistiers et lui “konn problem bann dimounn” de la région.
Adil Ameer Meea et Ajay Guness devaient critiquer Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam, le secrétaire-général du parti ayant également quelques mots pour “le plus grand traître Alan Ganoo”.