Réduit
  • Des membres de l’exécutif accusent Suraj Ray d’abus de pouvoirs et de prérogatives dans l’exercice de ses fonctions

La marmite est de nouveau en ébullition au Mauritius Council of Social Services (MACOSS). En effet, une assemblée générale a été convoquée samedi à l’auditorium Octave Wiehe, à Réduit, en vue de faire adopter une « motion of no confidence against the Chairperson », Suraj Ray.

Des membres du comité exécutif reprochent en effet à ce dernier « son abus de pouvoir et ses prérogatives dans l’exercice de ses fonctions » de président. Une deuxième motion de blâme ayant comme libellé « Obstructing the work of the administration secretariat, Executive Committee, Office Bearers Committee, and Sub Committees » a par ailleurs été inscrite à l’agenda.

Rencontrant la presse mercredi au siège de la Government Services Employees Association (GSEA), à Port-Louis, l’adjoint au président du MACOSS, Prakash Chadee, a souligné que le but de cette conférence de presse, à la veille d’une assemblée générale, est « d’alerter l’opinion publique sur la situation intenable des membres de l’exécutif du MACOSS ». Parlant de la motion de blâme à l’encontre du président du MACOSS, il devait reprocher à ce dernier d’avoir rencontré, à l’insu des membres du comité exécutif, un haut dirigeant de l’ambassade de Chine pour augmenter le nombre de billets d’avion pour des voyages à Pékin. Il aurait par ailleurs fait circuler un procès-verbal d’une réunion « portant préjudice aux membres du comité exécutif ». Certains membres auraient d’ailleurs consigné une déposition à la police à ce sujet. Prakash Chadee reproche également au président du MACOSS « sa façon de nommer les membres de l’association au sein des conseils d’administration » et le choix de ceux qui représenteront le MACOSS au sein des conférences internationales.

En ce qui concerne la deuxième motion, il dit reprocher au président du MACOSS de n’avoir pas donné d’instructions au secrétariat afin de demander à la Commission électorale de superviser l’élection des membres du conseil exécutif. De même, il soutient que le président du MACOSS aurait « donné des instructions » afin que la compagnie Air Mauritius ne soit pas choisie pour le voyage à Pékin.

Autres faits reprochés au président du MACOSS : les comptes de l’association, qui ne sont toujours pas publiés, et le fait que les sous-comités soient présidés par des membres cooptés. Il invite de fait Suraj Ray à venir s’expliquer lors l’assemblée générale spéciale de samedi. Selon certaines sources, ce dernier ne compterait toutefois pas s’y rendre.