Les deux équipes mauriciennes alignées en Coupe des Clubs Champions de l’océan Indien (CCCOI), qui débute demain aux Seychelles, n’auront pas la partie facile lors de leur entrée en matière. Le Real affrontera les Seychellois de Hawks en masculin, alors que l’USBBRH défiera Anse Étoile en féminin.
Les deux représentants de Maurice ont pris hier soir le vol en direction des Seychelles et y séjourneront jusqu’au lundi 3 novembre. Déjà, les deux entraîneurs se retrouvent devant un problème de taille. Ils devront faire sans un joueur de leur cinq majeur : la Malgache Rakely Hobinirina, pivot de l’USBBRH, prise par ses occupations professionnelles. Winley Tamby, blessé au poignet, sera aussi absent. Dans le premier cas, la joueuse ne pourra faire le déplacement, dans l’autre, il devra jouer avec un bandage.
« C’est dur. Mais nous devons faire avec », lâche Jean-Marie Bhugeerathee, entraîneur de l’USBBRH. Quant à Neva Vadiveloo, coach du Real, il est un peu plus optimiste. « Tout semble ok, mais il devra se faire strapper pour jouer. »
Mais pour leur première rencontre, les deux coaches ne prévoient pas une entrée facile. D’ailleurs, l’USBBRH se mesurera à Anse Étoile pour sa toute première joute dans la CCCOI. « Nous devrons jouer sans notre deuxième pivot. Mais malgré cela, les filles sont motivées », avance l’entraîneur des rouge et blanc.
Cela dit, la formation des villes soeurs a un objectif précis : la finale. Y parvenir dès leur première participation donnerait aux championnes de Maurice en titre l’envie d’y retourner l’année prochaine. « Nous ne pouvons pas dire que nous viserons la victoire. Ce serait trop. Mais les filles ont les capacités nécessaires pour aller jusqu’en finale ».
Lundi, les filles croiseront le fer avec l’autre équipe des Seychelles, Mont Fleuri, dans une rencontre déterminante pour son classement. Mercredi, après une journée de repos, Anoushka Josselin et ses coéquipières en découdront avec les Mahoraises de Chicago. « Nous connaissons à peu près le niveau des Seychelloises, mais les Mahoraises, c’est la seule donnée inconnue jusqu’ici », avance Jean-Marie Bhugeerathee, qui regrette cependant l’absence des joueuses du Tampon BC, prises par les rencontres de la Coupe de France.
L’entraîneur estime que l’exploit est possible, dans la mesure où la défense tient le choc. « C’est le seul secteur où nous devront assurer au maximum. Sinon, les ailières sont efficaces et je pense que nous pourrons réaliser quelque chose ».
Chez les garçons aussi, l’intention de réaliser quelque chose est là. Neva Vadiveloo veut y croire, d’autant que les Malgaches n’ont pas répondu présent. « Il y a cinq équipes masculines. Reste à voir leur comportement », avance-t-il. Pour son entrée en matière, le Real affrontera les Hawks, une équipe qu’ils connaissent bien pour les avoir battus lors de la première journée de la CCCOI l’année dernière. De plus, selon les derniers renseignements, les Hawks ne sont pas à la fête dans la ligue seychelloise. « Ils sont cinquièmes et n’arrivent pas à retrouver le rythme ».
Après cette première sortie, les Port-Louisiens se reposeront deux jours, avant d’attaquer, selon le programme qui a été circulé, les Réunionnais du BC St Pierre mercredi après-midi et les Mahorais du BCM vendredi. Après les phases de poule, place aux matches à élimination directe et la finale dimanche.
Les deux équipes mauriciennes visent une place en finale. Il s’agit, pour l’une comme pour l’autre, de justifier un titre de champion de Maurice et de voir encore plus grand. Surtout que l’on sait que le vainqueur de la CCCOI obtiendra le droit d’aller disputer la Coupe d’Afrique des Clubs Champions.