L’adage qui dit que « the smaller the field the bigger the upset » ne s’est jamais autant vérifié samedi dernier avec la victoire de Streetbouncer dans l’épreuve phare de cette 28e journée. L’élève de Vincent Allet, qui a démontré jusque-là des aptitudes que pour le kilomètre, surprit plus d’un en se montrant compétitif sur le parcours du jour. Mieux, il s’imposa au finish alors qu’il s’était distingué comme un puissant frontrunner. Cette journée fut celle des établissements dits de seconds couteaux car, outre celui d’Allet, Jean-Michel Henry fut aussi de la fête avec Papa Joe et Don’t Tell Mama, un doublé qui lui permet de sortir de la zone rouge. L’établissement Narang qui, pour sa part, n’est qu’à une marche des minima imposés par le MTC, ne fut pas en reste avec Halabaloo qui s’imposa dans l’épreuve d’ouverture. Raj Ramdin, autre formation en sursis, s’est aussi donné de l’air avec Spin A Coin alors que les autres courses sont revenues aux grosses cylindrées que sont Gujadhur (Amabassador Rex), Rousset (Max Rapax) et Maingard (Elite Class).
On attendait Sole Mio et à un degré moindre Valere voire son compagnon de box Zambezi Torrent, mais ce fut Streetbouncer qui causa la surprise dans ce sprint réservé aux chevaux de la C4 pour offrir à son établissement sa première épreuve phare de la saison. À première vue, cette victoire de Streetbouncer peut constituer une surprise, mais à voir sa dernière course de plus près, lorsqu’il ne se fit reprendre que dans les cent derniers mètres, son entourage avait des raisons de nourrir un silent hope à son égard.
Valere et Streetbouncer se montrèrent les plus rapides à l’ouverture des boîtes mais Darryl Holland en bon tacticien n’insista pas pour lui disputer le commandement, optant de s’asseoir en deuxième position, sachant sans doute que le deuxième représentant de l’entraînement Gujadhur n’allait pas imposer une allure sélective à l’épreuve. Istiqraar vint se placer sur l’arrière-main de Valere tandis que Sole Mio, Bobby Bear et Zambezi Torrent évoluaient en attentistes comme attendu.
Valere couvrit les premiers quatre cents mètres de l’épreuve à son aise. Cependant, Kevin Ghunowa dut revoir ses plans avec la première offensive d’Istiqraar (S. Bhundhoo) en début de descente. Cette salve eut pour effet de durcir le rythme. Le Mauricien laissa souffler quelque peu sa monture quelque mètres plus loin mais Sunil Bhundoo ne l’entendit pas de cette oreille et revint à la charge au bas de la descente. À ce moment précis on se disait que la course allait revenir à un des finisseurs que sont Sole Mio et  Bobby Bear — Zambezi Torrent, qui avait des difficultés à suivre le rythme était déjà hors course, mais que nenni! Celui qui fit la meilleure impression fut nul autre que Streetbouncer qui eut un parcours en or à la corde.
Sous le poids de la fatigue, Istiqraar abusa de la largeur de la piste dans la dernière courbe, ce qui permit à son compagnon d’entraînement de déboîter. Valere tourna en tête mais se retrouva sous la menace express de Streetbouncer. Ces deux chevaux se livrèrent à une lutte sans merci sur environ deux cent-mètres, entrant même en contact en plusieurs occasions. Valere se défendit honorablement mais sous l’impulsion de Darryl Holland, Streetbouncer parvint à prendre le meilleur sur la doublure de l’écurie Gujadhur. À environ quatre longueurs, on retrouva Bobby Bear qui chipa le deuxième accessit à un décevant Sole Mio. Streetbouncer boucla les 1365m en 1.23.09. A noter que Zambezi Torrent saigna à l’issue de la course, ce qui explique sans doute sa mauvaise performance.