photo illustration

Le gouvernement de Maurice a pris note de la liste des pays à haut risque publiée par la Commission européenne le 7 mai, souligne un communiqué du ministère des Services financiers et de la Bonne gouvernance.

« Cette liste n’est pas encore définitive et doit être soumise à l’approbation du parlement européen et du Conseil des ministres de l’UE, après quoi elle entrera en vigueur le 1er octobre 2020 » .

Le ministère des Services financiers et de la bonne gouvernance souligne que contrairement au passé, où il y avait toujours des consultations fructueuses, conformément à la pratique de l’UE, avant toute décision importante, la présente décision est, selon le ministère, contraire à l’esprit de dialogue et de partenariat qui lie Maurice et l’UE.

« Dès que nous avons pris connaissance de la proposition d’inscription de l’île Maurice dans un article de presse publié le 5 mai 2020, l’île Maurice a entrepris des actions pour ouvrir un dialogue avec la Commission européenne ».

Le ministère des Services financiers dit comprendre que l’inscription de l’UE est une conséquence directe de l’inscription de Maurice sur la liste des « juridictions sous surveillance renforcée » du Groupe d’action financière (GAFI).

Le ministère rappelle ainsi que le gouvernement a, en février 2020, pris « un engagement politique de haut niveau envers le GAFI » pour mettre en œuvre le plan d’action dans les délais convenus et qu’il prend toutes les mesures nécessaires pour honorer son engagement.

Le gouvernement mauricien réitère son engagement politique de haut niveau à mettre en œuvre le plan d’action du GAFI au plus tôt afin de sortir de la liste du GAFI et de l’UE et rassure la communauté mondiale des investisseurs sur le fait que Maurice reste une juridiction crédible et digne de confiance.

A lire également : Lutte contre le blanchiment d’argent : Maurice pourrait se retrouver dans la blacklist de l’Union européenne