Un ressortissant sud-africain de 41 ans a porté plainte à la police mercredi, soutenant avoir été victime de menaces de mort proférées par l’époux d’une amie.

Dans sa version, le quadragénaire, qui est également Chief Executive Officer d’une compagnie basée à Ébène, a déclaré que des procédures sont en cours pour l’ouverture d’un consulat du Kazakhstan et qu’il y sera bientôt nommé au poste de consul. Mais pour le moment, il dit être un « member attached to the South African embassy » à Maurice, où il aide ses compatriotes dans l’île en attendant sa nouvelle affectation.

Le plaignant dit avoir fait la connaissance d’une habitante de Brisée-Verdière en 2004, ajoutant qu’ils sont devenus très proches. Selon lui, son amie fait face des problèmes conjugaux et a déjà porté plainte cette année contre son époux aux postes de police de Triolet et Trou-aux-Biches.

Hier, son amie lui a demandé de l’accompagner car elle devait récupérer des effets personnels au domicile de son époux. Ils sont ainsi arrivés à Brisée-Verdière peu après 22h, où le fils et le mari de son amie étaient encore debout.

Selon le ressortissant sud-africain, les deux hommes l’auraient intimidé en le malmenant contre un murL L’époux l’aurait alors menacé en lui lançant : « Mo pou touy twa aster la. To pa pou sorti la vivan ! » Étant donné qu’il réside à Maurice depuis de nombreuses années, il a compris le sens de cette déclaration.

À un moment donné, le fils de son amie a voulu l’agresser avec une chaise, mais cette dernière l’en a empêché. C’est alors que son père et fils l’ont empêché de quitter la maison en soutenant que des gros bras allaient venir bientôt pour lui régler son compte. Le plaignant dit avoir dû user de la force pour s’enfuir dans sa voiture.

Il estime que les deux suspects pourraient mettre leurs menaces à exécution et dit craindre pour sa sécurité. D’ailleurs, il ne s’est pas rendu à la police de la région pour porter plainte, préférant se rendre aux Casernes centrales.

Il a ajouté qu’il n’a plus de contact avec son amie depuis cet incident et n’écarte pas le fait que son époux le séquestre dans sa maison. La police a référé le cas à l’Eastern division pour enquête, tandis que le Police Headquarter a été mis au courant de ce cas.