Donnée au moment de la communion vers la fin de chaque messe l’hostie représente le corps du Christ. Pendant cette période de carême catholique, d’avantage d’hosties est fabriqué pour être acheminés vers les différentes paroisses. Scope s’est rendue au Couvent des Filles de Marie à Rose-Hill où environ un tiers des hosties du pays est fabriqué.

Chaque matin au Couvent des Filles de Marie à Rose-Hill, une petite équipe s’adonne à la fabrication de pain d’autel qui deviendront hostie après consécration par le prêtre. Ces petites galettes rondes nécessitent une préparation minutieuse afin surtout de pouvoir se conserver longtemps, soit environ deux mois. Quotidiennement, environ 5000 hosties sont fabriquées dans la petite entreprise.

Préparation de la pâte.

Avec le soutien de deux autres personnes, Soeur Marie Thérèze s’occupe de la fabrication des hosties depuis maintenant 4 ans. Elle explique qu’il faut d’abord préparer la pâte. Pour ce faire, elle mélange de l’eau et de la farine dans un mixeur. “Le ratio dépend de l’âge de la farine mais, en général, c’est deux parts de farine pour trois parts d’eau. Il faut s’assurer que la pâte ne soit pas trop épaisse.”

Dès qu’elle est prête, la pâte est envoyée à la cuisson sur une machine constituée de deux plaques chauffante qui se referment l’une sur l’autre. Prise entre les deux, la pâte est ainsi chauffée et étalée pour former un cercle. Le surplus est enlevé à l’aide d’un grattoir. “La plaque du haut contient des formes qui symbolisent la paix qui sont ainsi imprimées sur chaque hostie pendant la cuisson”, fait remarquer Soeur Marie Thérèze.

Découpage.

Après 2 à 3 minutes, les grandes galettes ainsi formées sont laissées à refroidir à l’air libre. Après quoi, elles sont placées sur des étagères, derrière des rideaux et laissées au repos pendant toute la nuit. Sous elles, sur une autre étagère, des conteneurs remplis d’eau chaude permettent de conserver l’humidité afin que les galettes ne soient pas trop dures au moment du découpage.

Ce n’est que le lendemain que cette étape est réalisée. Une demie douzaine de galettes sont placées les unes sur les autres sur une machine. Une tige en métal est ainsi actionnée sur les galettes pour en prélever de plus petites galettes de 3 centimètres de diamètre et ainsi former les hosties. Elles sont ensuite triées et les plus belles sélectionnées et conservées dans des sceaux en plastique. Les hosties plus grandes que les prêtres consacrent devant l’autel, sont elles découpées à l’aide d’un cutter et d’une soucoupe pour la forme.

Les morceaux restants sont eux acheminés vers des ONG notamment et utilisés dans la confection de petit-déjeuner entre autres.