La Journée Mondiale du Tai-Chi (TaiJi) a été célébrée dimanche dernier au collège d’état Lady Sushil Ramgoolam à Triolet. De nombreuses personnes, adeptes du Tai-Chi ou simples curieux, se sont déplacées pour assister à cet événement culturel annuel et ont ainsi pu découvrir des démonstrations effectuées à mains nues, avec épée ou éventail. Il s’agit de la deuxième édition de cette activité organisée par le Centre Culturel Chinois (CCC) à Maurice. Étaient également présents des membres de la presse chinoise, qui s’étaient déplacés pour couvrir les activités du CCC.
Le mois de mai a été décrété mois du Tai-Chi par la Fédération Mondiale de Taiji et Wushu. Pour marquer cet événement, les élèves du Centre Culturel Chinois, sous la houlette de leur professeur, Jian Yong Zhang, ont proposé des démonstrations de divers styles de cette pratique ancestrale qui s’inspire des grands principes de la médecine traditionnelle chinoise. Au programme de cette journée, démonstration de Taiji Style Yang 24, Style 42, Qigong Ba Duan Jin, Qigong Wu Qin Xi, Taiji Éventail, Taiji Épée et Taiji Chen.
Le Tai-Chi-Chuan est avant tout une gymnastique énergétique chinoise. Cette activité fait partie de la culture chinoise depuis plus de 3 000 ans. Sa pratique est fondée sur trois principes : le contrôle du mouvement, naturel, lent et détendu ; le contrôle de la respiration, lente et synchrone avec le geste ; et le contrôle de la pensée, qui dirige le qi, le souffle, à l’intérieur du corps. Le Tai-Chi sollicite le corps entier, de la tête jusqu’à la plante des pieds. Certaines recherches ont démontré que cet art est efficace pour réduire l’anxiété, fortifier le système immunitaire, améliorer les fonctions respiratoires, l’équilibre, la coordination et la concentration. La lenteur des mouvements vise ainsi à assouplir le corps et à libérer les tensions. Il renforce également les muscles et améliore la circulation sanguine. Cette technique instaure l’équilibre entre le physique, le mental et l’énergie vitale, et une pratique régulière permet d’en faire une véritable hygiène de vie.
Nombreux sont les Mauriciens qui ont pu s’essayer à la pratique de cette activité sous le regard de Jian Yong Zhang, instructeur originaire de la Chine, qui encadre cette activité deux fois par semaine au CCC. Enseignant cet art depuis trois ans, il nous en explique les bienfaits : « Quand on exécute les mouvements lentement, de façon circulaire et en contrôlant notre respiration et sans s’arrêter, le Chi passe à travers notre corps et permet un passage plus fluide de notre sang dans nos vaisseaux sanguins. De ce fait, notre coeur est mieux irrigué et donc moins surmené. Ainsi, des médecins expliquent que le Tai-Chi peut empêcher certaines maladies cardiovasculaires. Lorsque l’on effectue différentes séquences de mouvements comme le 24 ou le 42, on développe sa souplesse, son équilibre, sa mémoire, sa respiration. On fait aussi circuler notre Chi, l’énergie que nous avons en nous. Selon les recherches médicales, la pratique du Tai-Chi prévient le diabète en favorisant le bon fonctionnement du pancréas qui produit l’insuline nécessaire pour équilibrer notre taux de glucose. » Les élèves de Jian Yong Zhang sont regroupés au sein de la Tuen Hung Taiji Association, dont le président est Maxime Koon.
L’un de ses élèves, Gilbert Toussaint, témoigne : « Après cinq années de pratique constante, les bienfaits ressentis sont multiples. Le calme et la force physique n’en sont que quelques exemples. Le Tai-Chi mène à la méditation qui, à la longue, peut nous guider vers la spiritualité. Médicalement, il semble que les mouvements bien exécutés aient un impact très positif sur les organes tels que le foie, les reins et le système immunitaire. L’un des mouvements qui retient mon attention à ce propos est « le serpent qui rampe ». Il travaille l’intestin et stimule la circulation sanguine. Simultanément, il met à contribution les muscles des jambes et des pieds et développe donc l’équilibre et la souplesse. »
Ariane Cheung Tsang, coach d’aérobic et de Tai-Chi depuis une dizaine d’années, offre gratuitement des cours dans les centres de jeunesse de diverses régions, dont Plaine-Verte, Roche-Bois, Tranquebar, Ste-Croix et Cité-Martial. Les cours sont financés par la Commission Nationale du Sport Féminin sous l’égide du Ministère de la Jeunesse et des Sports.