Le 18 mai dernier, l’artiste, peintre et scénographe mauricien Serge Constantin aurait eu 100 ans. Pour marquer cet événement et surtout pour transmettre son riche héritage artistique à la jeune génération, ses deux enfants, Rachel Constantin de Sousa Neto, professionnelle de la communication, et David Constantin, réalisateur, ont mis en place une série d’activités.
Les passionnés d’illustration et le public en général peuvent d’ores et déjà avoir un aperçu d’une facette de la personnalité de l’artiste dans le cadre d’une exposition qui se tient à la State House jusqu’à vendredi. Dès le mois prochain, l’Association les Amis de Serge Constantin fondée par ses deux enfants lancera un site Internet et une page Facebook qui lui seront dédiés. En août aura lieu le lancement d’une biographie de Bernard Lehembre, historien, biographe et mythologue de même qu’un spécialiste de la peinture mauricienne du XXe siècle. Le 19 du même mois, le Plaza accueillera le vernissage et le lancement du catalogue de l’exposition intitulée : La rétrospective Serge Constantin 2017. L’exposition restera ouverte jusqu’au 14 octobre. L’Institut français de Maurice accueillera quant à lui une exposition thématique intitulée « Estampes ».
« Notre objectif est de remettre en lumière un artiste qui a marqué la peinture mauricienne et plusieurs générations d’artistes. Serge Constantin était un artiste cultivé, à l’écoute du monde et ouvert à la modernité. De plus, il a beaucoup travaillé avec les enfants. Il prenait plaisir à leur transmettre le goût de la peinture et plus largement de l’art. C’est cet esprit que nous voulons réinsuffler à travers cette Rétrospective », expliquent David et Rachel Constantin. « Nous ne voulons pas inscrire cette démarche dans la nostalgie. Nous voulons au contraire montrer qu’il était un artiste d’avant-garde, avec un esprit très ouvert, et que son art reste aujourd’hui d’actualité ».
Les deux enfants de Serge Constantin ont aussi partagé un brin de souvenir avec nous. Pour Rachel Constantin, son père était « très présent, très aimant, malgré l’absence des démonstrations affectives ». « Il était comme dans son art, très réservé. Avec du recul, je me rends compte que cela venait de son vécu, de son enfance ». David Constantin le décrit comme « un homme discret, tourné tout le temps vers son art, jamais dans la démonstration ». « Montrer ce qu’il faisait était secondaire ». Il ajoute qu’ « il était un homme qui avait à coeur de transmettre son savoir ».
Alors que ses héritiers assureront la diffusion de ce patrimoine auprès du public, ils sont épaulés par deux professionnels français, soit Bernard Lehembre, qui rédige la biographie, et Philippe Piguet, critique d’art et commissaire d’exposition indépendant. Ces derniers s’occupent de la conception et de la réalisation de l’exposition.
Par ailleurs, l’Association Les Amis de Serge Constantin nourrit l’ambition de créer une Maison de la peinture mauricienne qui sera « un lieu unique, ouvert à tous, dédié à la peinture, à la transmission et à l’éducation ». La Rétrospective Serge Constantin bénéficie du haut patronage du bureau de la Présidence et du soutien de plusieurs mécènes.