MARIAM GOPAUL

Cet enfant de 14 ans sera bientôt papa.

Il déclare haut et fort qu’il va assumer son rôle de papa et subvenir aux besoins de l’enfant.

Même si cette déclaration venant de la bouche d’un gamin fait sourciller car par définition à 14 ans il est encore immature et fragile et a besoin lui-même que l’adulte prenne soin de son développement, il faut reconnaître qu’il a le mérite de ne pas fuir devant ses responsabilités.

Mais la question se pose… est-ce que nous adultes nous avons assumé nos responsabilités vis-à-vis de cet enfant? Les lois assurant la protection de tous les enfants mauriciens sont-elles appliquées et respectées? Je ne vais pas revenir sur la question de sexualité entre mineurs… – le dossier est entre les mains du DPP – ni sur la sexualité précoce, plusieurs points de vue ayant déjà été émis à ce sujet, et en 2020 l’éducation à une sexualité responsable demeure toujours un sujet tabou.

Mais qu’en est-il de l’éducation obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans ? Cet enfant n’aurait-il pas dû être scolarisé? De surcroît, il déclare qu’il travaille déjà comme apprenti soudeur.

La loi du travail stipule qu’un enfant de moins de 16 ans ne peut pas être employé.

Pendant combien de temps encore les lois mauriciennes seront-elles bafouées au détriment de la protection et du bien-être de l’enfant?

En Angleterre une amende avait été imposée à une maman qui avait failli à son devoir d’envoyer son enfant à l’école. À Maurice, de nombreux enfants ne sont pas scolarisés et aucun adulte n’est tenu responsable. Est-ce que l’employeur qui embauche cet enfant de 14 ans pour bénéficier de l’aide de petites mains pour ses diverses tâches sera inquiété? Des travaux de soudure requièrent une protection spéciale pour les yeux; est-ce que les mesures nécessaires sont prises pour assurer la protection de la santé de ce jeune enfant?

Maurice est signataire de nombreuses conventions des Nations unies et du Bureau international du Travail; assurons-nous que ces conventions sont traduites dans la réalité quotidienne et que l’enfant mauricien en sorte gagnant!