Il y a un truc qui grippe. Pas dans le sens “atchoum” et nez qui coule. Mais davantage dans le sens d’un truc qui ne tourne pas rond dans l’engrenage politique du pays. Beaucoup de compatriotes préfèrent ne pas mettre le doigt dans ce panier de crabes, mais faut bien que quelqu’un se dévoue. Vous n’avez pas remarqué comme un genre de passage à vide ? Genre le Bonom qui dit à Zaza : In, tini sa labar-la enn kou. Pa large… mo vini la ! Et il s’en est allé faire un p’tit tour en Inde. Une sortie mystérieuse et presque en catimini. Presque.