La construction d’un itinéraire de mémoire « Les routes de l’esclave et de l’engagé » dans l’océan Indien initié par la Chaire de l’UNESCO de l’Université de la Réunion et l’association Historun en 2004 prend fin l’année prochaine avec le dévoilement de la dernière stèle à Song-Kou en Chine le 13 octobre prochain. C’est ce qu’a annoncé le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee lors d’une conférence de presse à Port-Louis récemment. Étaient présents Sudel Fuma, directeur de la Chaire de l’UNESCO de l’Université de La Réunion et Joseph Tsang Mang Kin, président et coordonnateur du Comité océan Indien pour la réalisation du mémorial en Chine.
Song-Kou est le septième et dernier site programmé sur cet itinéraire dont la construction a démarré en 2004 avec le dévoilement d’une stèle le 8 décembre de la même année à Fort-Dauphin à Madagascar. L’année suivante, c’était au tour de La Réunion d’accueillir un lieu de mémoire. Le site a été inauguré à St-Paul le 16 décembre 2005. Le 23 août 2007, le Mozambique (l’Ilha de Mozambica) s’inscrivait sur l’itinéraire, le 1 er février 2009, l’île Maurice (Le Morne), le 27 avril 2009, Mayotte pour l’Archipel des Comores et le 23 janvier 2010, l’Inde avec un site à Pondichéry.
Cette route relie les principaux lieux de départ et d’arrivée des travailleurs-esclaves ou engagés transportés d’Afrique, de Madagascar, d’Inde et de Chine pour les besoins de l’économie coloniale aux 17e, 18e et 19e siècles. La rencontre de ces hommes de diverses horizons a favorisé un échange de valeurs, de cultures et de savoir-faire qui a conduit à l’émergence de « sociétés interculturelles créoles », fait ressortir Sudel Fuma. Il note que « ces itinéraires de mémoire sont une invitation au recueillement et à la défense pour que les nouvelles générations trouvent la force, l’apaisement et le partage dans le cadre de l’Année internationale du rapprochement des cultures du monde proclamée par l’UNESCO en 2010 ».
En marge du dévoilement de ce stèle à Song-Kou, une délégation indocéanie dirigée par Joseph Tsang Mang Kin s’est rendue en à Meixian dans la Province de Guangdong en novembre pour rencontrer les autorités chinoises et leur présenter l’étape finale du projet. Tan Juntie, maire de Meizhou (de la Province de Guangdong) qui compte 5,5 millions d’habitants, devait à cette occasion souligner que le projet s’intègre « dans la politique de sa ville dont l’une des actions fortes est la restauration d’un important site patrimonial de la diaspora à Song-Kou ».
Lors de leur visite à Song-Kou, la délégation a assisté à une présentation du site d’où partaient les « candidats chinois à l’immigration ». Selon Sudel Fuma, le site composé de bâtiments d’époque est construit sur les berges du fleuve qu’empruntaient les bateaux avec à leur bord des chinois qui émigraient. « Les candidats à l’émigration se rendaient ensuite dans de petites embarcations pour le port de mer de Shantou. »
Le mémorial sera réalisé par un artiste chinois à partir d’une esquisse proposée par la délégation réunio-mauricienne. Les parties concernées sont tombées d’accord qu’il « sera représentatif de toutes les provinces de la Chine d’où sont partis les Chinois de la diaspora ».
À la suite de la finalisation de la date pour le dévoilement de la stèle, les autorités chinoises ont pris l’engagement d’accueillir une forte délégation de l’océan Indien. Ainsi, La Réunion propose déjà une délégation de 180 personnes de diverses origines. Maurice, souligne Joseph Tsang Mang Kin, sera aussi représenté par un important groupe. Lors de son intervention à la conférence de presse, il a aussi mis l’accent sur le développement des relations économiques entre Maurice et la province chinoise qui représenterait une forte potentielle pour le pays, notamment au niveau du tourisme.