Les familles de squatters de Cité La Cure, à Port-Louis, qui habitent sur le flanc de la montagne, ne seront pas expulsées. Bien que l’ordre de la Cour du 26 mars prend effet aujourd’hui, Aurore Perraud et Xavier-Luc Duval se sont penchés sur la « détresse » de ces familles « pour éviter qu’un drame humain ne se produise ». Avec, pour résultat, de débloquer la situation. Les propriétaires, par le biais de leurs avocats, rencontrent cet après-midi les autorités afin de trouver un terrain d’entente.
L’ordre de la Cour, datant du 26 mars, a donné raison aux propriétaires du terrain situé sur le flanc de la montagne, situé à proximité de Cité La Cure, à Port-Louis. Ayant eu trois mois pour quitter les lieux, quelque 300 familles de squatters étaient hier dans la tourmente. Toutefois, les autorités affirment prendre leur cas en considération. Une rencontre entre les hommes de lois des familles propriétaires et des cadres de divers ministères est d’ailleurs prévue cet après-midi. Selon les dernières informations, cette rencontre tiendra en considération une formule du gouvernement pour soulager ces familles. Elle devrait déboucher sur une solution concrète. « Ce sera la lumière au bout du tunnel  », soutient notre interlocuteur. Aurore Perraud, parlementaire et PPS de cette circonscription, dit être « parfaitement » au courant de la situation. Elle affirme avoir rendu visite à de nombreuses reprises aux familles de squatters pour un constat de visu. Revenant sur le nombre de familles rodriguaises qui y résident, elle soutient avoir encouragé Christian Leopold, Parliamentary Private Secretary (PPS) affecté au ministère de la Pêche, à leur rendre visite. Cette année, le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval s’est également rendu sur les lieux pour constater l’ampleur de la situation. « Comme tous ceux qui sont venus, il n’est pas resté insensible à la situation », soutient la députée du PMSD. C’est ainsi que ce dernier a contacté le ministre des Terres et du Logement Abu Kassenally en vue de trouver une solution à long terme pour toutes les familles concernées. Grâce à ces divers interventions, les squatters ont appris que l’ordre d’éviction ne sera pas appliqué. « Bien que ce ne soit pas sa circonscription, Xavier-Luc Duval a accepté de prendre en considération le cas des familles de Cité La Cure. Malgré toutes les pressions avec le prochain Budget, ce dernier a accepté de se pencher sur ce dossier pour les soulager », concède Aurore Perraud. Et cette dernière d’indiquer dans la foulée qu’à « aucun moment, il n’y a eu de promesse électorale ». Elle poursuit : « Ces familles étaient déjà là avant les élections. Il n’est donc pas possible qu’il y ait eu de promesses électorales ».
Aurore Perraud dit aussi remarquer le nombre croissant, ces derniers mois, de maisonnettes sur ce lopin de terres. « Cela a poussé comme des champignons. Ces résidents ont élu domicile lorsqu’ils ont su que l’État allait régulariser la situation des familles de squatters », affirme cette dernière.
Fleurette Perrine, porte-parole des habitants, est revenue sur les conditions de vie de ces centaines de familles, dont la majorité seraient rodriguaises. « Kot swadizan, nou ti vinn rod ene lavi dan Moris, tou nou kass pe fini dan lakaz », dit-elle. Une réunion est prévue cet après-midi au ministère des Terres et du Logement pour étudier des solutions à long terme, qui pourraient être proposées aux familles. À l’heure où nous mettions sous presse, nous n’avions pu obtenir une déclaration du ministère des Terres à ce sujet.