“Éric Guimbeau sera fait citoyen d’honneur pour le travail social qu’il a effectué à Curepipe et non pour ses activités politiques!”, répond Mario Bienvenu, le maire de Curepipe, aux attaques de l’opposition à propos du titre qui sera octroyé au leader du MMSD. Il ajoute: “Contrairement à ce que veut faire croire l’opposition, le nom des personnes sélectionnées pour la citoyenneté d’honneur ne relève pas de la liste du MMSD!”Et de poursuivre: “Ces personnes seront récompensées pour leurs actions sociales dans la région et aussi sur le plan national.”
L’opposition MSM/MMM, qui n’a pas approuvé la liste des futurs citoyens d’honneur de Curepipe, a voté contre la motion présentée dans ce sens, au Conseil municipal de vendredi dernier. Pour l’opposition, cette liste qui vise à honorer le parcours exemplaire des récipiendaires du titre est loin d’être objective et transparente. “Éric Guimbeau a été élu sous la bannière du MMM avant de trahir les Curepipiens. De quel parcours exemplaire parle-t-on?”, scande Ananda Rajoo, chef de file de l’opposition.
Éric Guimbeau n’est pas le seul point de discorde entre les conseillers des deux bords. Le tandem MSM/MMM a relevé le nom d’une agent MMSD et celui de l’homme d’affaires Dawood Rawat sur la liste. S’agissant de ce dernier, l’opposition est d’avis qu’il sera récompensé “en tant que bailleur de fonds”pour les implications de la BAI dans les projets de développement du Trou aux Cerfs et la location d’un terrain à bail, non loin de la mairie.
Commentant l’attribution de cet honneur au chef juge Keshoe Parsad Matadeen, le conseiller MMM Ananda Rajoo est d’avis que le maire et les conseillers rouges ont trouvé une parade pour “crédibiliser une liste partisane.” Il estime que la mairie aurait pu rendre hommage aux grands hommes du judiciaire de la ville par le biais d’une distinction spécifique. Ne partageant pas l’avis du camp adverse, Mario Bienvenu se défend: “Dawood Rawat est un visionnaire, créateur d’emplois à Curepipe. Il a toujours contribué au développement de la ville. Cela n’a pas été évident de faire la sélection des citoyens d’honneur. Il y a tellement de personnes méritantes. Par ailleurs, je voudrais rappeler que l’année dernière, Rajesh Bagwan et Jayen Cuttaree ont été faits citoyens d’honneur de Rose-Hill. Personne n’a eu à redire! Et auparavant, Sheila Bappoo et Hervé Aimée l’ont été à Curepipe!” 
D’autre part, à un certain moment, la conseillère majoritaire Marie-Michèle Lepredour a connu une situation embarrassante lorsque la question de recrutement a été soulevée. Cette dernière, dont le fils a été recruté parmi les 20 nouveaux éboueurs, a été contrainte de quitter la salle du Conseil durant les discussions à ce sujet. L’opposition qui ne s’est pas privée de critiquer le recrutement d’un membre du Conseil a aussi attiré l’attention sur une recrue qui a eu des démêlés avec la justice. “Cette personne a fait de la prison. La mairie doit prendre en considération le fait qu’elle sera appelée à entrer dans les cours. Et lorsque nous avons demandé au maire si la police a donné son approbation pour le recrutement de cet éboueur, celui-ci s’est défendu. Il répond que ce n’est pas lui qui fait des recommandations à la Local Government Service Commission, dit Ananda Rajoo. Abondant dans ce sens, Mario Bienvenu précise même: “Quand je suis arrivé à la municipalité, il y avait un manque d’employés et il était de mon devoir de demander à la LGSC de procéder au recrutement pour remédier à cela. Cela va de soi que je ne sais pas qui sont ceux qui postulent. Je consulte la liste des recrutés, une fois l’exercice terminé. Le fils de cette conseillère ne porte pas le même nom que sa mère, je ne pouvais même pas faire le lien de parenté entre les deux personnes. Quant à l’éboueur qui aurait fait de la prison, je n’en sais rien! Je ne suis pas au courant du profil des postulants!”