L’alchimie légendaire d’Alain Souchon et Laurent Voulzy a-t-elle tenu le coup après des décennies de succès en tandem et en solo ? Au vu de leur prestation hier lors de leur unique concert au Centre Swami Vivekananda, à Pailles, la réponse est indéniablement « oui » ! La scène leur a permis de présenter leurs tubes légendaires, qui ont fait leur succès, ainsi que des extraits de leur dernier album, Voulzy & Souchon. Un ravissement !
À 70 et 66 ans respectivement, Alain Souchon et Laurent Voulzy ont toujours l’air de deux adolescents qui, outre d’avoir su se réinventer, ont arpenté la scène du centre Swami Vivekananda hier soir en faisant montre d’un talent incommensurable pour la mise en scène. Preuve que l’alchimie fonctionne encore.
Sans fioritures, les deux chanteurs se sont racontés, invitant le public dans les méandres de leur vie. Dès les premiers riffs de guitare de Laurent Voulzy, le public est transporté sur l’air de J’ai dix ans, qui a ouvert la marche à une ballade musicale de 2 h 30. Le duo a su faire valser les coeurs sous les faisceaux lumineux qui éclairaient la scène. Pour le plus grand bonheur des fans, qui ont accompagné les tubes d’Alain Souchon en tapant des mains. Suivront Belle-île-en-Mer et d’autres mélodies qui swinguent de Laurent Voulzy… L’ivresse.
Entre le poète et le musicien, les Mauriciens ont été conquis. « C’est du lourd, du beau spectacle. Ce sont les idoles qui ont bercé ma jeunesse », pouvait-on entendre. Le public en redemandait. Se sont alors enchaînés Oiseau matin, Coeur grenadine, Poulailler’s song, Le soleil donne ou encore Bad Boys, jusqu’à l’écoute religieuse de Jeanne, de Laurent Voulzy. De allô maman bobo, Alain Souchon confie : « J’avais dit à Jacques Chancel, lors d’une interview, qu’on ne me verrait pas chanter cette chanson dans 50 ans. Finalement, je crois que je l’a chanterai même à 150 ans. »
Alain Souchon étonne par sa maîtrise scénique et sa forme quasi olympique, qui lui permet d’arpenter la scène d’un bout à l’autre sans en perdre le souffle. Endossant par moments le costume de Merlin l’enchanteur, il insuffle ses notes comme de la prose. De ses gimmicks, il envoûtera le public. Les spectateurs rigolent, chantent à l’unisson, la tête pleine de vibratos.
Pour sa part, Laurent Voulzy évoquera ses années en pension où, dit-il, il ne possédait que son cartable et sa guitare. « Heureusement que mes enseignants jouaient de la guitare sur un air de bossa-nova… Qu’importe le style, c’était de la musique. » Avant de clôturer le show par la ritournelle tant attendue de Foule sentimentale, provoquant l’euphorie dans la salle.
Grâce à cette synergie qui les caractérise, Laurent Voulzy et Alain Souchon ont donné une autre texture à leur composition musicale. Les deux artistes ont avancé à pas feutrés, titillant leur public, Voulzy à la guitare puis au piano, Souchon faisant le pitre. Ce dernier en profitera pour commenter les différentes guitares de Laurent avant que le duo n’explose sur un sublime morceau phare, Rockcollection. Ces deux géants de la chanson française ont prouvé qu’ils étaient encore capables de se réinventer et de proposer à l’auditoire une expérience unique.
Mais Laurent Voulzy et Alain Souchon, c’est aussi une amitié vieille de 40 ans ayant découlé sur un album aux sonorités renversantes, sorti conjointement en 2014. Leur concert sur le sol mauricien s’inscrit comme un événement mémorable de 2016 et ouvre les marches à une année musicale de tous les changements.