Photo d'illustration

Les membres de la Firefighters Union (FFU) montent au créneau pour dénoncer les conditions dans lesquelles ils opèrent. La nomination d’un nouveau Chief Fire Officer, après le départ à la retraite de Louis Pallen, n’a rien changé à la situation, disent-ils. L’union pointe du doigt la responsable des ressources humaines et réclame son transfert. Le mauvais état des camions et le manque d’équipement sont aussi dénoncés.

Ashok Kumar Kehlary a été nommé Chief Fire Officer en mai dernier, en remplacement de Louis Pallen, parti à la retraite. Toutefois, selon la FFU, ce changement n’a pas amélioré la communication entre le syndicat et le management de la Mauritius Fire and Rescue Service. « C’est dommage de dire que le management n’est pas à l’écoute de l’union. Pourtant, nous faisons face à de nombreuses difficultés, déjà évoquées depuis des années », dit Vikash Kumar Imrith, président de la FFU. Ce dernier cite en exemple le problème des camions en panne et attribue la situation à la mauvaise gestion. « Il y a des réparations qui coûteraient plus cher que d’acheter un véhicule neuf. Par ailleurs, il y a des véhicules qu’on n’arrive pas à dédouaner. »

Idem pour les uniformes qui, selon lui, n’ont pas été renouvelés depuis 2015. « Selon les règlements, quand on ne donne pas d’uniformes, il faut verser une allocation aux pompiers. Mais pour la période 2018-2019, nous n’avons rien reçu. Cela relève de mauvaises pratiques. »

La FFU se montre particulièrement critique envers la responsable des ressources humaines qui, selon elle, serait à la base de leurs difficultés. « Un collègue a vu son “sick leave” être refusé parce qu’on avait estimé qu’il était en bonne santé. Toutefois, après que l’union ait envoyé une lettre au Service civil et au PMO, le congé a été converti en “vacation leave”. Un autre collègue qui voulait une lettre pour obtenir un emprunt auprès de la Mutual Aid a vu sa demande rejetée car on avait trouvé qu’il avait un “case”. Or, c’est à l’institution financière de décider si la personne mérite un emprunt ou pas. »

Le syndicat réclame ainsi le départ de la HR, estimant qu’elle a déjà complété le nombre d’années de service requis à ce poste, selon les règlements de la fonction publique. « Le CFO doit prendre une décision à ce sujet. » Dans la foulée, la FFU déplore l’absence de nomination pour le poste de Divisional Officer, dont trois sur quatre sont actuellement vacants. « Il faut donner leurs chances à ceux qui sont qualifiés pour cela. Les membres du management doivent se rappeler qu’ils sont eux aussi passés par là pour atteindre la hiérarchie. En retardant la promotion, on est en train de jouer avec l’avenir des gens. »

La FFU dénonce aussi les conditions d’hygiène dans certaines casernes. « À la caserne de Quatre-Bornes, il n’y a pas de porte dans les toilettes… Dans d’autres, les “roller shutters” sont bloqués depuis des années. On se demande comment on fera le jour où il y aura une urgence. Il y a de nouvelles recrues qui travaillent en survêtement de sport, faute d’uniforme. »

Par ailleurs, le syndicat dénonce le manque de transparence concernant 22 bourses en Chine. La FFU dit avoir demandé à rendre la liste des bénéficiaires officielle, ce qui n’a pas été fait.