Photo illustration, Rose-Hill

La vice-Première ministre et ministre des Collectivités locales, Fazila Jeewa-Daureeawoo, aurait effectué une visite sur un terrain à Ébène en vue d’y transférer le marché de Rose-Hill, et ce suite à une rencontre avec un groupe des maraîchers. Les associations de commerçants et de maraîchers se disent « surprises » par cette démarche, car elles disent n’avoir jamais été consultées sur la question.

Elles rappellent que suite à une réunion avec Fazila Jeewa- Daureeawoo l’année dernière, en présence du maire, Ken Fong, il avait été question de transférer le marché en face de la magistrature, à Rose-Hill. Commentant “site visit” de la ministre des Collectivités locales à Ébène, l’Association des commerçants de Beau-Bassin/ Rose-Hill, l’Association marchands la foire Da Patten, la Market Traders Association et la Distributive Trade Employees Union ont exprimé conjointement leur étonnement.

Les membres de ces associations affirment être les premiers acteurs concernés par cette décision et regrettent de ne pas avoir été consultés sur la question. « Nous tenons à faire ressortir que nous avions eu une rencontre avec la vice-Première ministre en octobre de l’année dernière à son bureau, à Port-Louis, en présence entre autres du maire, Ken Fong.

Et pour des raisons diverses, elle avait proposé de faire transférer le marché, aussi bien que les foires municipales Da Patten et Arab Town, devant la magistrature de Rose-Hill sur un terrain appartenant au Mauritius Sports Council. Il avait par la suite été confirmé par le maire, à travers une interview de presse, que le feu vert de la Traffic Management Unit avait été obtenu dans le cadre de ce projet », souligne le collectif.

Les commerçants et maraîchers rappellent également que, dans le cadre du projet Rose- Hill Urban Terminal, il avait été demandé aux soumissionnaires d’inclure le marché de Rose-Hill à la rue Duncan Taylor (le site actuel) sur une base optionnelle. Toutefois, relèvent-ils, « il semblerait que cette proposition n’ait pas été retenue par l’unique soumissionnaire pour le projet Urban Terminal ». Le collectif dit avoir pourtant insisté, au cours de la rencontre avec la vice-Première ministre, et ce « pour des raisons évidentes », que le marché de Rose-Hill soit reconstruit sur le site actuel, à côté des foires municipales Da Patten et Arab Town. « D’autant qu’il se trouve dans un bâtiment historique, à un carrefour très important du centre-ville. »

Toutefois, relèvent les maraîchers, la ministre avait laissé entendre que le site n’était plus approprié « en raison de nombreux tuyaux longeant la rue Duncan Taylor et les prochains passages fréquents des rames » de métro. « Nous avons été surpris que la proposition pour faire construire le marché sur son site actuel, même si c’est sur une base optionnelle, ait été renouvelée dans le tout dernier appel d’offres. » Ces derniers estiment également qu’il serait «difficilement acceptable » pour un soumissionnaire de faire construire l’Urban Terminal « avec des dizaines d’emplacements commerciaux sur plusieurs étages et, à quelques mètres, un autre centre commercial, abritant entre autres le marché ». Les commerçants et maraîchers de Rose- Hill rappellent également que le budget 2018/19 faisait provision pour la construction d’une nouvelle “market fair” dans la ville.