Poursuivi pour avoir comploté en vue d’agresser Denis Fine, Patrick Prinslet Steeve Serret, alias Polocco, a fait part ce matin lors de sa comparution en Cour intermédiaire de son souhait de donner une nouvelle déposition à une autre équipe d’enquêteurs. Le magistrat Vijay Appadoo a demandé à la police de faire le nécessaire.
Me Valayden, lors de la comparution en Cour devant le magistrat Vijay Appaddoo, a fait une demande formelle pour que son client, Patrick Prinslet Steeve Serret, alias Polocco, donne une nouvelle déposition « to an independent team ». Le magistrat a ainsi demandé aux officiers de police présents de faire le nécessaire pour traiter la demande de l’avocat de l’accusé. Alors que l’affaire devait reprendre aujourd’hui, l’avocat de Christophe Legrand, Neelkant Dulloo, a  pour sa part demandé plus de temps pour se préparer car n’étant pas en possession des “particulars” de l’affaire. L’homme de loi aurait, à plusieurs reprises, fait des demandes pour que les diary book entries et les briefs de l’enquête préliminaire lui soient communiqués, mais en vain. Une nouvelle correspondance sera ainsi envoyée au commissaire de police pour avoir ces informations. L’affaire a été fixée pro-forma le 4 février.
Rappelons que Patrick Steeve Prinslet Serret (alias Polocco), Sada Curpen et Christophe Legrand sont poursuivis pour « conspiracy to do harm to another person », après que le Directeur des poursuites publiques ait décidé de requalifier leurs charges initiales d’assassinat et de complot logées à la Cour d’assises à la suite des deux enquêtes préliminaires à la Cour de district de Pamplemousses. Avec la charge devenant « Conspiracy to do harm to another person », sous l’article 109 de la Criminal Code (Supplementary) Act, les trois hommes – Patrick Steeve Prinslet Serret, Sada Curpen et Christophe Legrand – risquent 10 ans de servitude pénale, au lieu de 60 ans, selon la loi en vigueur. L’article 109 stipule ainsi : « Any person who agrees with one or more other persons to do an act which is unlawful, wrongful or harmful to another person, or to use unlawful means in the carrying out of an object not otherwise unlawful, shall commit an offence and shall, on conviction, be liable to penal servitude for a term not exceeding 10 years and to a fine not exceeding 100 000 rupees. » Les trois prévenus sont en liberté conditionnelle. Polocco et Christophe Legrand ont tous deux dû payer une “surety” de Rs 500 000 et signer une reconnaissance de dettes du même montant pour bénéficier de leur liberté conditionnelle. La Senior Magistrate Véronique Kwok Yin Siong Yen avait accordé la liberté conditionnelle à Sada Curpen contre Rs 1 million de caution et une reconnaissance de dettes du même montant. Il a également confié ses papiers français aux autorités. Rappelons qu’il y a eu plusieurs allégations de brutalités policière dans cette affaire, notamment contre Christophe Legrand, qui était un témoin à charge lors de l’enquête préliminaire devant la Cour de Pamplemousses. Sada Curpen a retenu les services de Me Raouf Gulbul tandis que Me Rama Valayden assure la défense de Polocco et Me Neelkanth Dulloo représente Christophe Legrand.
Denis Fine a été tué d’une balle en pleine tête le 3 janvier 2010 alors qu’il se trouvait sous sa véranda. Initialement, les trois accusés était provisoirement inculpés d’assassinat et de « conspiracy to murder » sur la personne de Denis Fine. Les charges formelles logées devaient ensuite être requalifiées en « conspiracy to do harm to another person » sous l’article 109 de la Criminal Code (Supplementary) Act.