Le gynécologue Veyasen Pyneeandee, ancien Adviser in Obstetrics & Gynaecology au ministère de la Santé, a logé des poursuites civiles contre la clinique Bon Pasteur, réclamant des dommages de Rs 5 M. Le médecin reproche à l’établissement hospitalier de lui avoir interdit de pratiquer à la clinique après un cas allégué d’avortement. Le médecin maintient qu’il avait pratiqué une césarienne ce jour-là car la vie de la patiente en question était en danger. Le gynécologue produira des documents pour démontrer que sa réputation et situation financière ont subi des préjudices depuis cet incident en 2002.
Le Dr Veyasen Pyneeandee est spécialisé en Obstetrics & Gynaecology après un diplôme obtenu de la France en 1989. Après s’être vu offert un emploi comme Adviser in Obstetrics and Gynaecology au ministère de la santé et le poste de Specialist/Senior Specialist, depuis 1999, il exerce dans le privé dans divers établissements, notamment à la clinique de Lorette, la clinique mauricienne, MedPoint et la nouvelle Clinique du Bon Pasteur. Il explique qu’il a toujours fait son travail avec professionnalisme et jouit d’une réputation internationale. En juin 2002, il traite le cas d’une patiente avec des complications de grossesse suite à une fécondation in vitro pratiquée en Inde. La patiente, qui est à sa treizième semaine de grossesse, lui est référée par son médecin de famille. Un premier examen révèle qu’elle est enceinte de triplés et que sa condition nécessite une césarienne urgente. Le Dr Pyneeandee explique que s’il ne l’avait pas opérée d’urgence, la jeune femme aurait pu développer d’autres complications et perdre la vie. Par la suite, la patiente qui pendant plus d’un an avait souffert d’une dépression, a continué à suivre des traitements avec le gynécologue et par la suite elle accouchera de deux bébés en bonne santé. Cependant en novembre 2002, il reçoit une lettre de la direction de la clinique Bon pasteur l’informant qu’il n’aurait pas dû pratiquer cet avortement et lui interdisant l’accès à la clinique dans le cadre de ses services. Il a sollicité une rencontre avec la direction de la clinique pour éclaircir cette affaire et sa demande est restée sans réponse. De même, une lettre de la patiente en question pour rejeter ces allégations sera sans réponse. Le gynécologue soutient dans sa plainte que la démarche de la clinique est arbitraire et a porté atteinte à sa réputation qui a souffert pendant plusieurs années et lui a fait subir des préjudices financiers. A l’appel du procès mardi, le gynécologue a été contre-interrogé par Me Maxime Sauzier, SC, qui représente les intérêts de la clinique. Il veut avoir accès aux détails financiers du médecin, notamment ses revenus depuis qu’il a quitté la clinique Bon Pasteur. Le plaignant devra être de retour en Cour avec ces informations. L’anesthésiste qui était présent lors de la césarienne devra aussi déposer en Cour. Le Dr Veyasen Pyneeandee est représenté par Mes Segaren Veeramundar, Rajesh Unnuth et Fayaaz Arzamkhan.